Afrique Centrale: Le calvaire des réfugiés centrafricains au Cameroun

20 Janvier 2021

Des milliers de civils centrafricains fuyant les combats en RCA arrivent à Garoua-Boulaï, ville frontalière avec le Cameroun.

Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra, dont la réélection pour un second mandat vient d'être validée par la Cour constitutionnelle, a appelé en début de semaine "à la réconciliation nationale (...) afin de sortir le pays du cercle vicieux des violences et des destructions". Un appel au moment où les civils continuent de souffrir dans tout le pays, après notamment les attaques rebelles à répétition et la tentative de prise de Bangui.

Près de 60.000 personnes ont déjà fui les affrontements dans le pays.

Des femmes, des enfants, des hommes aussi, qui trouvent refuge en RDC, au Congo ou encore au Cameroun. Depuis décembre, plus de 60 000 personnes ont fui les violences en RCA selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

Des traumatismes psychologiques

À Garoua-Boulaï, ville frontalière située au Cameroun, ces réfugiés centrafricains affluent chaque jour. Ils sont déjà plus de 5.000.

Ici ce sont majoritairement des femmes et des enfants qui arrivent, et vont s'entasser dans le camp de Gado-Badzéré, à quelques kilomètres. Parmi eux : Yawe Nassi Libanga et son époux, arrivés à Gado il y a quelques jours, encore sous le choc des violences à Bouar. "Les rebelles sont arrivés, ils ont commencé à tirer partout, les gens sont morts, ils ont brûlé les maisons", raconte Yawe Nassi Libanga. "On a fait trois jours de marche dans la forêt jusqu'à Garoua-Boulaï".

Saturation des capacités d'accueil

Grâce au concours de l'Agence des Nations unies pour les réfugiés, près de 300 abris ont été construits dans l'urgence il y a trois mois. Mais cela ne suffit pas. "Si l'hémorragie continue, le gouvernement devra nous accorder d'autres sites pour ceux qui viendront", confie Maurice Moussouravi, le chef de bureau du HCR de Meiganga. "Le site où nous sommes actuellement est prévu pour 26.000 personnes et là nous en sommes presque à 27.500. Si ça continue, le site sera saturé."

Les organismes internationaux mobilisés commencent à manquer de ressources pour prendre en charge ces réfugiés. D'autant que leur nombre pourrait doubler dans les prochains jours. "Cette crise n'épargne pas les agences du système des Nations unies comme le PAM, le HCR, l'Unicef", admet Maurice Moussouravi. "Nous dépendons tous des donateurs. Et actuellement, la crise fait que nous sommes en dessous de nos standards." Il cite le Programme alimentaire mondiale qui a fourni des vivres pour 30 jours, mais ne sait comment cela se passera ensuite. "C'est valable pour l'Unicef et le HCR. Nous avons besoin des fonds pour que nous puissions jouer notre rôle de protection et d'assistance."

Si le conflit en Centrafrique perdure, beaucoup craignent ainsi que ces structures d'accueil ne soient plus en mesure d'apporter une assistance conséquente à ces milliers de réfugiés qui arrivent chaque jour au Cameroun.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.