Sénégal: Le pays face à la deuxième vague de Covid-19, les services de santé sous pression

L'association des médecins urgentistes met en garde face à l'augmentation des cas graves et des décès, et indique que le virus « se propage à vive allure dans les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, Saint Louis et Kaolack ». L'organisation appelle à redoubler de vigilance dans le respect des mesures barrières, et souligne « l'épuisement » des personnels soignants affectés dans les centres de traitement.

Sur le pont depuis l'apparition du virus au Sénégal, docteur Khady Fall, médecin anesthésiste réanimateur à l'hôpital Dalal Jamm de Guédiawaye, le reconnait : elle fatigue.

« On n'est vraiment épuisés. On a commencé depuis le mois de mars et jusque-là il n'y a pas eu de repos, il n'y a pas eu de répit. Mais c'est obligatoire de tenir en fait, devant la menace de morts ou de détresse respiratoire », déplore-t-elle.

Dans la région de Matam, au nord-est du pays, le centre de traitement (CTE) d'Ourossogui accueille les cas graves et dispose de cinq lits de réanimation. Les services sont sous pression. « C'est très difficile, notamment avec un effectif minime », constate l'un des responsables, le docteur Ndiaye Diop. Le personnel tourne dans les différents services hospitaliers, explique-t-il, « aujourd'hui aux urgences, demain au CTE » car « il n'y a pas que le Covid, les autres urgences sont là et il faut les gérer ».

D'où l'appel lancé par l'association des médecins urgentistes du Sénégal. « On voudrait rappeler aux gens que nous sommes sur le terrain, que nous sommes, surtout avant d'arriver à ce moment critique où peut-être qu'on ne pourra peut-être plus prendre en charge les patients qui viendront. Donc on préfère prévenir », explique sa présidente, le docteur Corinne Tchania.

Selon le ministère de la Santé, le Sénégal enregistre à ce jour 546 décès liés à la maladie.

A La Une: Coronavirus

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.