Congo-Brazzaville: Assainissement - Le pays veut opter pour des toilettes innovantes

Le pays peine à assurer le service d'assainissement durable, comme le traitement des eaux usées connectées aux toilettes domestiques. La solution envisagée consiste à construire des toilettes dotées d'un système de traitement des déchets et connectées à aucun égout.

Les approches pour la gestion des systèmes d'assainissement sont contenues dans deux normes internationales, ISO 30500 et ISO 24521, que l'Agence congolaise de normalisation et de la qualité (Aconoq) s'engage à vulgariser. Ce sont deux normes spécifiques qui fournissent les critères de performance des nouveaux systèmes d'assainissement, y compris les toilettes et les unités de traitement de boue et de vidange.

La problématique de l'assainissement en République du Congo en lien avec les normes ISO est au centre d'une session de formation, qui s'est ouverte le 20 janvier, à Brazzaville. Initiée par l'Aconoq, en partenariat avec l'Association sénégalaise de normalisation (ASN), la rencontre vise à former des acteurs congolais du secteur de l'assainissement aux nouvelles connaissances sur la gestion des systèmes autonomes d'assainissement.

Cette activité permettra aux participants d'échanger sur les outils ISO, en vue d'une meilleure prise en charge de l'assainissement au Congo. Le directeur général de l'organisme sénégalais ASN, Abdouramane Ndione, croit à l'efficacité des toilettes sèches. « Nous devons changer d'approche et mise sur les innovations allant dans le sens de l'assainissement autonome qui n'a pas besoin d'être connecté aux égouts. L'avantage de l'approche d'assainissement autonome est qu'il peut être déployé dans tout le pays abordable pour toutes les bourses », a estimé Abdouramane Ndione.

Il s'agit de donner au traitement des eaux usées, a-t- il poursuivi, les mêmes priorités que la gestion des centres de santé. Expérimentées dans son pays le Sénégal, les toilettes sèches n'ont pas besoin d'être vidangées ni d'un réseau d'eau ou d'électricité. C'est un système fermé qui reçoit, traite et élimine de manière saine l'insalubrité humaine. « C'est un système durable dans ce sens que les sous-produits sont réutilisables dans l'agriculture », a ajouté l'intervenant.

La vulgarisation de ces approches de gestion d'assainissement permettra à terme un accès pour tous à l'eau potable, à l'énergie, à des toilettes innovantes, a assuré le directeur général de l'Aconoq, Jean Jacques Ngoko Mouyabi. Hormis son réseautage international, l'Aconoq pourra compter sur le soutien des autorités de tutelle renouvelé ce jour à l'ouverture de la session de formation sur l'assainissement durable.

« L'évènement d'aujourd'hui illustre les nombreuses actions par lesquelles le gouvernement du Congo, à travers son organisme Aconoq, entend mener pour contribuer au renforcement des capacités des experts nationaux dans les activités de normalisation, de métrologie, de certification, d'évaluation de la conformité et de promotion de la qualité », a assuré Jean Anaclet Mampassi, directeur de cabinet (pi) du ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Portefeuille public.

Il faut rappeler que l'ISO 30500 établit une norme internationale spécifiant de nouvelles toilettes domestiques non raccordées à l'égout, qui économisent une précieuse quantité d'eau et traitent elles-mêmes les déchets. Elle s'applique à des exigences générales de sécurité et de performance pour la conception et les essais de systèmes d'assainissement sans égout pour les unités de traitement intégrées préfabriquées...

Quant à l'ISO 24521, elle est une norme internationale élaborée pour améliorer l'efficacité et sécuriser la gestion des services d'assainissement existants. Cette norme couvre les lignes directrices pour la gestion des services d'eaux usées domestiques de base, etc.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.