Cote d'Ivoire: Région du Guemon - Guezon, autochtones Wê et Malinké ne se parlent plus

Malgré les différentes délégations préfectorales et ministérielles, qui se sont succédé à Guézon pour inviter les populations au pardon, au calme et à l'apaisement suite aux affrontements entre communauté Wê et les membres de la confrérie des chasseurs traditionnels ''dozos'' qui ont occasionné 8 morts, des dizaines de blessés, des centaines de déplacés et de nombreux dégâts matériels dont plusieurs maisons incendiées, la tension reste toujours vive entre Wè et Malinké (communauté qui abrite le plus fort taux de dozos).

Les ''dozos'', il faut le dire tout net, sont indésirables à Guézon et les Wè demandent sine die leur départ de leur localité. Les autochtones l'ont fait savoir, par la voix de leur Chef intérimaire YAHE Dazélé Raymond qui, selon lui, craint d'autres affrontements qui risquent de faire plus de dégâts corporels et matériels puisque ces chasseurs traditionnels sont armés. '' Il faut désarmer ces dozos sur le territoire national à commencer par Guézon'' nous a confié, à plusieurs reprises, le Chef Wè, lors de la visite du Médiateur de la République ce mercredi 20 Janvier 2021, pour tenter une fois encore de réconcilier les parties en conflit. Le représentant de la communauté CEDEAO, Fanny Lansana, n'a pas manqué de révéler que la tension est toujours vive car ses démarches, pour adoucir les cœurs, ont accouché d'une souris. '' Les Malinké et les Wè disent être prêts pour une réconciliation dans les verbes mais dans les faits et gestes, les deux blocs se regardent en chiens de faïence et à tout moment, la situation peut s'envenimer'' a constaté, le Chef de la Communauté CEDEAO.

Le Médiateur délégué en charge de la Région du Guémon, Do Blanchard, qui avait déjà rencontré les protagonistes dans son intervention, a énuméré les propositions qui lui ont été faites de part et d'autre pour des réparations et pour que de tels affrontements n'aient plus lieu. On peut citer, entre autres, le départ des dozos, la reconstruction des habitats détruits, prise en compte des frais médicaux des blessés et la restauration des sites sacrés violés…

Prenant la parole, le Médiateur de la République, Adama Toungara, a invité les populations à revivre en harmonie et à se pardonner mutuellement, sans toutefois donner une réponse aux différentes propositions. Adama Toungara a fait des dons en numéraires aux différentes Communautés, couches sociales de Guézon sans oublier les blessés et les familles des disparus. ''Je promets de revenir pour une autre rencontre ou on va se dire les vérités, cette fois, en tant que fils de la Région a conclu le Médiateur, vu le spectre de la violence qui plane toujours sur Guézon».

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.