Madagascar: Jirama / Air Madagascar - Sources possibles de risques budgétaires selon la Banque mondiale

Le dossier Air Madagascar est très suivi par les bailleurs de fonds.

La situation et l'avenir des deux entreprises publiques en difficulté, à savoir Air Madagascar et Jirama figure parmi les dossiers qui sont suivis de très près par les bailleurs de fonds.

Les négociations pour l'obtention de la nouvelle Facilité Élargie de Crédit avec le FMI se poursuivent par vidéoconférence. Hier, une réunion a eu lieu sur le cas particulier de la Jirama ; avec notamment la participation du ministère de l'Économie et des Finances, du ministère de l'Energie et des Hydrocarbures, de la Banky Foiben'i Madagasikara et de la Banque mondiale. Une autre réunion spécialement consacrée à la compagnie aérienne nationale Air Madagascar est également prévue dans les jours qui viennent. Des réunions qui démontrent à quel point la situation de ces deux entreprises publiques en perpétuelle difficulté influe sur l'économie malgache en général et sur le budget de l'État en particulier. La Banque mondiale classe même la Jirama et Air Madagascar parmi les sources de problèmes budgétaires pour le pays. Selon ce bailleur de fonds, « le pays se trouve également confronté à de sérieux risques budgétaires, y compris liés aux pressions financières pesant sur certaines entreprises publiques comme la compagnie nationale d'eau et d'électricité Jirama ou la compagnie aérienne Air Madagascar » .

En difficulté depuis les régimes qui se sont succédé, ces deux entreprises publiques n'ont pas encore trouvé leur plan de redressement définitif. Faut-il, en effet, rappeler que depuis la rupture avec Air Austral, un nouveau plan de redressement a été élaboré mais jusqu'à présent ledit plan n'est pas encore définitivement bouclé et officialisé. Selon certaines indiscrétions, la stratégie définitive à adopter ne ferait pas encore l'unanimité du côté des dirigeants, concernant notamment le renouvellement de la flotte de la compagnie. Certains administrateurs opteraient pour un achat pur et simple de nouveaux avions pour remplacer les deux Airbus A340 qui ne sont plus rentables. Une option très budgétivore qui risque toutefois de ne pas plaire aux partenaires techniques et financiers qui ont cette réputation d'être très exigeants en matière d'équilibre budgétaire.

Dans tous les cas, les bailleurs attendent des plans de redressement crédibles pour garantir la viabilité financière d'Air Madagascar. Une mission qui s'avèrera très difficile pour le futur Directeur Général de la compagnie nationale aérienne Air Madagascar.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.