Congo-Kinshasa: Discussions autour des mouvances Katumbi et Bemba pour rejoindre l'Union sacrée

En RDC, l'informateur nommé par Félix Tshisekedi pour trouver une nouvelle majorité à l'Assemblée a officiellement débuté ses rencontres mercredi, Modeste Bahati Lukwebo compte les achever d'ici une semaine.

Des tractations sont donc toujours en cours pour savoir qui fera partie ou non de cette majorité. Dans ce contexte, les députés nationaux d'Ensemble et du MLC, les mouvements de Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, démentent que leurs leaders aient tenté de monnayer leur participation. C'est ce qu'avait affirmé Jean-Marc Kabund, leader du parti présidentiel.

Les députés proches de Moïse Katumbi et de Jean-Pierre Bemba ont, dans un communiqué conjoint, stigmatisé les paroles de Jean-Marc Kabund. Selon le communiqué, le président intérimaire de l'UDPS affirmait que les deux leaders d'Ensemble pour la république et du MLC auraient exigé d'obtenir : pour l'un la présidence de l'Assemblée nationale et pour le deuxième la primature. Selon Jean-Marc Kabund, la demande aurait été formulée lors de la rencontre du 15 janvier avec le président de la République.

Pour lui ces exigences donnent l'impression que les deux leaders entrent dans l'Union sacrée pour la tuer. Sur les réseaux sociaux circule la vidéo de la rencontre entre Kabund et plusieurs députés de l'Union sacrée. Pour les partisans de Katumbi et Bemba, ces propos n'ont pas été tenus lors de la rencontre avec le chef de l'État.

Les discussions ont porté uniquement sur la rupture avec le changement dans la gouvernance du pays, conclut le communiqué. Ces députés nationaux s'apprêtent à harmoniser leurs vues pour la pétition d'interpellation qui vise le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.