Afrique: Canada - Trois questions au nouveau consul honoraire du Maroc au Nouveau-Brunswick

Montréal — Le nouveau Consul honoraire du Maroc à Fredericton au Nouveau-Brunswick, l'homme politique Donald Arseneault livre, en trois questions, les pistes et perspectives de collaboration qu'il envisage pour contribuer à favoriser la coopération entre le Maroc et le Canada, notamment le Canada Atlantique.

Ayant occupé plusieurs postes ministériels au Nouveau-Brunswick, M. Arseneault compte à son actif une longue expérience en matière de direction des affaires politiques et des relations avec divers acteurs.

1- Que représente pour vous cette nomination en tant que consul honoraire du Royaume au Nouveau-Brunswick ?

- Je suis très honoré d'avoir été désigné Consul honoraire du Maroc au Nouveau-Brunswick. Il y a quelque temps, j'ai rencontré l'ambassadeur du Royaume à Ottawa, Souriya Otmani, et on a eu une bonne discussion sur les relations entre le Maroc et le Canada en général et le Canada atlantique en particulier. Les discussions ont porté sur les moyens à déployer pour contribuer au resserrement des liens de coopération bilatérales.

C'est en fait ma première nomination dans un poste similaire et je ne peux qu'être très fier.

2- Y a-t-il des domaines prioritaires sur lesquels vous allez travailler ?

- Tout d'abord, j'ai d'ores déjà eu des contacts avec le Maroc alors que j'occupais le poste de responsable des Collèges communautaires du Nouveau-Brunswick, il y a environ 10 ans.

Un accord a été conclu avec le Royaume dans le domaine de la formation continue, surtout au niveau des études post-secondaires. L'éducation est importante pour n'importe quel pays qui aspire à se développer, d'où il s'agit d'un domaine prioritaire sur lequel on va travailler ensemble. Il sera aussi question d'œuvrer pour créer des opportunités dans d'autres secteurs d'activité de l'économie, principalement les investissements et l'industrie maritime, sans oublier l'agriculture et le secteur alimentaire devenus primordiaux en temps de Covid-19.

Bref, je vais œuvrer en collaboration avec l'ambassade du Maroc au Canada en matière de développement de nouvelles stratégies pour promouvoir les relations entre les deux pays dans tous les domaines.

3- Qu'est ce vous pouvez nous dire sur le Nouveau-Brunswick et la présence de la communauté marocaine dans la province ?

- Le Nouveau-Brunswick n'est pas une grande province et n'a pas l'attractivité de Montréal ou Toronto, mais elle offre d'autres avantages en tant que porte d'entrée de l'Atlantique vers l'Europe et l'Afrique.

Il y a des institutions qui jouent un rôle important dans les relations avec un pays comme le Maroc, plus particulièrement dans le domaine maritime. C'est une petite province certes, mais elle aura un grand rôle à jouer au service des relations maroco-canadiennes.

La province compte une communauté marocaine composée essentiellement des étudiants de l'Université de Moncton, l'une des plus importantes universités du Canada.

Le Nouveau-Brunswick est la seule province officiellement bilingue au Canada. Elle a accueilli en 1999 le sommet de la Francophonie.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.