Cameroun: « Nous ne disposons pas de loi sur la protection des données »

Cyprien Tankeu, consultant en transformation digitale.

En français facile pour les internautes, comment faut-il comprendre la nouvelle politique de partage des données entre WhatsApp et Facebook ?

Facebook a déboursé 22 milliards de dollars pour acquérir WhatsApp. Au moment de l'opération en 2014, WhatsApp comptait près de 500 millions d'utilisateurs actifs, aujourd'hui, elle compte près de 2 milliards d'utilisateurs actifs. Hormis le montant déboursé pour l'acquisition, Facebook a investi de l'argent pour la croissance de WhatsApp. Depuis quelques années, Facebook explore différentes pistes pour rentabiliser son investissement. C'est ainsi que nous avons eu une version Business de Whatsapp (WhatsApp Business), mais cela reste insuffisant.

D'un autre côté Facebook a fait beaucoup de progrès avec Messenger où des entreprises peuvent vendre leurs produits, publier des annonces et interagir avec les clients (utilisateur de facebook). Dans le fond, Messenger et WhatsApp sont des applications de messagerie instantanée. Afin que Facebook puisse arriver au même niveau avec WhatsApp et tirer profit du grand nombre d'utilisateurs de cette dernière, il devient impératif pour Facebook de centraliser toutes les données personnelles des utilisateurs de ses différentes plateformes (applications) et les faire communiquer entre elles. Concrètement les données qui seront partagées sont des données personnelles. Il s'agit de votre nom, votre numéro de téléphone et dans une certaine mesure, votre adresse IP.

En dehors des raisons purement commerciales, à quelles fins pourraient être utilisées les données collectées?

Plus vous avez des données sur une personne, plus vous la maîtrisez et influencez ses choix. Si on poursuit cette réflexion, vous constatez avec moi que l'exploitation de ces données ne relève plus du domaine commercial, mais plus tôt du domaine de la sécurité des personnes.

Est-ce que l'Etat du Cameroun peut faire une sorte de pression afin que les données des usagers soient protégées ?

À l'instant, nous ne pouvons rien faire. Nous ne disposons pas d'une loi sur la protection des données des utilisateurs au Cameroun. Et lorsque nous aurons une loi, il faudrait qu'elle soit bonne et immédiatement applicable.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.