Cameroun: Coopération Cameroun-Unicef - Discussions pour un meilleur impact en 2021

Le Comité de suivi des objectifs du programme réuni hier à Yaoundé a également fait le point du plan d'actions 2020.

Le programme de coopération entre le gouvernement du Cameroun et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) pour la période 2018-2021 rentre dans sa dernière année. Mais avant de fixer le cap pour 2021, il a été question hier, au cours d'une rencontre entre les deux parties et d'autres acteurs partenaires, de faire le point sur 2020. « 2020 a été à bien des égards un peu compliquée à cause de la pandémie du Covid-19. Mais notre programme de coopération s'est poursuivi malgré tous les défis. En même temps, nous avons aussi accordé une priorité à l'appui au gouvernement dans sa réponse à la pandémie, que ce soit pour la réponse sanitaire avec beaucoup d'appui au secteur santé mais aussi pour tout ce que nous qualifions de problèmes socio-économiques que la pandémie a créés », a indiqué Jacques Boyer, représentant résident de l'Unicef au Cameroun.

Pour 2021 donc, cette pandémie sera mise à profit pour définir les actions à mener, a ajouté le représentant résident. Ouvrant les travaux au nom du ministre de l'Economie, de la Planification et de l'Aménagement du territoire (Minepat), Adams Daniel Oyono, le secrétaire général du ministère de l'Education de base a relevé que la pandémie avait retardé la mise en œuvre du programme dans nombre de domaines notamment l'enregistrement des naissances, la vaccination et la lutte contre la malnutrition chronique. « Dans le cadre de la stratégie nationale de développement 2020-2030, le pilier sur lequel s'alignera l'Unicef est le développement du capital humain et du bien-être », a précisé le Sg du Minedub. Les résultats attendus de la rencontre d'hier étaient l'approbation des performances 2020 du Programme et les recommandations pour améliorer le niveau de réalisation des objectifs.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.