Cameroun: Gestion des crises, défense de l'intégrité du territoire - Le combat de tous les instants

La résolution pacifique de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest et la lutte contre les différentes formes de menaces pouvant porter atteinte à l'intégrité du territoire ont été au cœur des préoccupations du chef de l'Etat.

La crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis quatre ans n'a pas laissé indifférent le président de la République. On se rappelle en effet que, dès le début des revendications des syndicats d'enseignants et d'avocats d'expression anglaise, Paul Biya a instruit le gouvernement d'engager des négociations avec les corporations concernées. Celles-ci ont été conduites sur le terrain par le Premier ministre, chef du gouvernement.

Malheureusement, ce qui apparaissait comme des revendications légitimes au départ a été infiltré par des mouvements sécessionnistes. Les discussions qui se déroulaient jusque-là dans un cadre acceptable, ont très vite connu un blocage en raison de divergences portant notamment sur le vivre-ensemble, l'unité nationale et même la forme de l'Etat. Ce qui, pour la grande majorité des Camerounais était inacceptable. Le gouvernement, dans une démarche cohérente a très vite fait face à une horde d'insurgés qui ont instauré un climat de terreur dans le but de faire adhérer les populations à leur funeste projet et ce, malgré les réponses positives apportées aux revendications corporatistes, dont certaines allaient au-delà des attentes.

Il ne restait plus alors à l'Etat, garant de l'intégrité et de la stabilité du territoire, de tout mettre en œuvre pour le retour à l'ordre. Mais il faut rappeler que, même s'il en a les moyens, l'Etat n'a jamais fait de l'option militaire dans la gestion de la crise dans ces régions une priorité. D'où les nombreuses initiatives de paix qui ont été conduites à la demande du président Paul Biya. Au rang de celles-ci, il y a eu la création en novembre 2018, du Centre de désarmement, de démobilisation et de réintégration (CNDDR) qui a reçu pour mission d'accueillir tous ceux qui ont choisi de répondre à l'offre de paix du président de la République et leur offrir une possibilité de retrouver une vie normale. Près de 300 personnes interpellées du fait de cette crise ont bénéficié de l'arrêt des poursuites à leur encontre; la Commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme a été créée en janvier 2017 ; un Plan d'assistance humanitaire d'urgence a été lancé à l'initiative du président de la République. Pour couronner le tout, un Plan présidentiel de reconstruction et de développement des deux régions a été mis sur pied.

Autre initiative de poids, l'organisation d'un Grand dialogue national du 30 septembre au 4 octobre 2019 à Yaoundé. Celui-ci avait pour but, comme l'a précisé le président de la République dans son message à la Nation le 10 septembre 2019, « d'examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais aussi de toutes les composantes de notre Nation ». La rencontre a accouché d'importantes recommandations dont certaines sont du reste déjà implémentées. On peut citer ici le statut spécial accordé aux deux régions ; la mise en place des conseils régionaux ; le remplacement des délégués du gouvernement par les maires des villes désormais élus...

Si elles sont engagées dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans le cadre de leurs missions régaliennes, les forces de défense et de sécurité n'ont pas été absentes sur les autres « fronts » qui les interpellaient. Elles ont ainsi pleinement joué leur rôle de colonne vertébrale de la Nation. Si, comme la plupart des Etats modernes, le Cameroun vit aujourd'hui sous la menace d'une guerre permanente du fait des velléités sécessionnistes, du terrorisme islamiste, de la criminalité, de la piraterie maritime, il reste néanmoins qu'à chaque type de menace, le président de la République, chef des forces armées a toujours su répondre par des stratégies militaires adaptées afin de limiter les effets néfastes sur la population.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.