Afrique: Sommet Royaume Uni-Afrique - L'importance des ENR dans soulignée

Alger — Les énergies renouvelables (ENR) seront un moteur essentiel de la reprise de la croissance et de la prospérité économique de l'Afrique après le COVID-19, ont déclaré des participants au sommet britannique sur l'investissement en Afrique en 2021, a rapporté jeudi la Banque africaine de développement (BAD)dans un communiqué.

"Les énergies renouvelables seront un moteur essentiel de la reprise de la croissance et de la prospérité économique de l'Afrique après le COVID-19, ont déclaré mercredi des panélistes lors d'un sommet britannique sur l'investissement en Afrique en 2021, alors qu'ils appelaient à un partenariat plus fort entre le Royaume-Uni et l'Afrique", a précisé la même source dans un communiqué publié sur son site web.

Les participants ont, à cette occasion, déclaré que "l'investissement dans des projets d'électrification à grande échelle serait essentiel".

Cité dans le communiqué de la BAD, PDG de UK Export Finance, Louis Taylor a déclaré que les pays africains se reconstruisent mieux à partir du coronavirus, ajoutant que cela présentait une "opportunité inégalée pour les investisseurs britanniques de faire partie de la réussite africaine et pour les pays africains d'accéder au soutien du Royaume-Uni pour les projets".

"Le Royaume-Uni reste le guichet unique par excellence. Le gouvernement britannique reste le plus grand investisseur du G7 en Afrique. Par exemple, UK Export Finance fournit une garantie de 1,7 milliard de livres sterling pour soutenir le développement du monorail du Caire en Egypte - la plus grande garantie d'infrastructure à l'étranger du Royaume-Uni", a avancé le même responsable.

Selon les données de l'Agence internationale de l'énergie, accroître la capacité de l'Afrique à atteindre un accès universel à l'énergie d'ici à 2030 nécessiterait plus de 100 milliards de dollars par an, dont 40% seraient consacrés à l'énergie solaire, éolienne et à d'autres projets de production d'énergie à faible émission de carbone.

"La Banque africaine de développement a donné la priorité à l'accélération de l'électrification du continent grâce à son New Deal sur l'énergie pour l'Afrique, une stratégie de partenariat transformatrice qui vise à accroître l'accès à l'énergie pour tous les Africains", note le communiqué.

Pour sa part, le directeur des solutions financières énergétiques, des politiques et Régulation au niveau de la BAD, cité également dans le communiqué a déclaré " s'appuyant sur l'expertise approfondie de la ville de Londres en matière de solutions financières innovantes, la Banque africaine voit des opportunités prometteuses pour étendre davantage son programme de titrisation des reçus des fournisseurs de systèmes salaires domestiques".

Il a, dans ce cadre a appelé à une approche structurée du développement d'infrastructures durables et à la mise en œuvre de programmes d'électrification à grande échelle, citant l'initiative Desert to Power de la Banque comme exemple de projet susceptible de susciter l'intérêt des entreprises britanniques.

Le directeur du développement commercial de la société britannique NMS Infrastructure Ltd, Nicholas Oliver, a quant à lui exhorté les investisseurs à s'engager plus activement avec les entreprises locales.

"Nous devons créer des partenariats avec les gouvernements et les entreprises locales. C'est le moment idéal pour investir en Afrique. La BAD estime que le changement climatique représente un investissement de 3 000 milliards de dollars d'ici 2030. Quelle opportunité", selon la déclaration rapportée par la BAD.

Enfin, le co-directeur général d'African Infrastructure Investment Managers, une société de gestion des investissements dans les infrastructures, Olusola Lawson, a souligné le besoin urgent d'accéder à l'énergie dans les centres à forte demande.

La conférence britannique sur l'investissement en Afrique, organisée par le ministère britannique du commerce international, rassemble les entreprises britanniques et africaines pour explorer les opportunités de partenariat et d'investissement.

A La Une: Afrique

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.