Ile Maurice: Propos sectaires - Fardeen Okeeb relâché sur parole après l'intervention de son avocat

Revirement de situation au Casernes Centrales ce jeudi 21 janvier.

Alors que les enquêteurs du Central Criminal Investigation Department (CCID) avait décidé de placer Fardeen Okeeb en état d'arrestation et de l'inculper justice pour «Breach of ICTA» dans le cadre de l'enquête concernant la diffusion de sa vidéo à caractère sectaire sur Facebook, ils ont par la suite décidé de le relâcher. La décision fait suite à l'intervention de son avocat, Me Assad Peeroo. Ce dernier a eu une conversation avec le patron du CCID le Deputy Commissioner of Police, Heman Jangi.

Fardeen Okeeb, menotté et escorté par des membres de la SSU, était déjà en cour de Pamplemousses lorsque la décision a été prise. Me Assad Peeroo a expliqué au chef du CCID que son client est aussi une victime qui vient d'être hospitalisée après avoir été agressée. Fardeen Okeeb devra retourner au Casernes Centrales demain pour la suite de l'enquête.

Rappelons que Fardeen Okeeb, 38 ans, avait été tabassé et torturé dans un champ de cannes à Cottage quelques il y a quelques semaines après la diffusion de sa vidéo. Il a aussi porté plainte et a dénoncé Vishal Shibchurn et Senna Budlorun comme étant ses agresseurs.

Avant son agression, le trentenaire avait présenté ses excuses à la population mauricienne, dans une vidéo et dit avoir agi sous l'influence de l'alcool.

Senna Budlorun a aussi été appelé à donner sa version des faits dans le sillage de cette affaire alors que Vishal Shibchurn aussi connu des services de police a déjà été entendu. Il réfute les allégations et a fourni un alibi. Il se tient à la disposition des enquêteurs si ces derniers auront encore besoin de lui.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.