Maroc: Les contributions du Maroc dans le domaine du désarmement mises en exergue à Genève

Genève — L'ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a mis en relief, jeudi à Genève, les contributions du Maroc dans le domaine du désarmement au service de la paix mondiale et de la sécurité globale.

Intervenant lors de la 1ère séance plénière de la Conférence du Désarmement au titre de l'année 2021, M. Zniber a relevé que la question du désarmement est placée par le Maroc parmi les priorités de sa diplomatie multilatérale, mettant en avant l'attachement du Royaume au mandat de la CD, à son importance capitale dans le système multilatéral de désarmement et à sa place hautement stratégique sur l'échiquier international.

Il a plaidé, à cette occasion, pour que la question des demandes de participation en tant qu'observateur aux travaux de la Conférence soit des plus diligentes, sans représenter ni davantage de controverse, ni entrave, et que les objections formulées soient levées sans conditions, soulignant le soutien du Maroc à la participation de l'Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis en tant qu'observateurs.

"Les contributions de l'Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis sont importantes, utiles et encourageantes pour nos travaux", a-t-il affirmé

M. Zniber s'est attardé, par ailleurs, sur les multiples initiatives du Maroc, dans le domaine crucial du désarmement pour la paix et la sécurité dans le monde, tout en rappelant les différents rôles remplis dans le processus d'élaboration et de mise en œuvre du traité d'interdiction des essais nucléaires, ainsi que les nombreuses présidences assurées.

Il a cité, à titre illustratif, l'organisation de la 16ème réunion régionale des Etats Parties d'Afrique à la Convention sur l'Interdiction des Armes Chimiques à Marrakech, la coprésidence, depuis 2016, auprès des Pays Bas puis du Canada, du Global Counter Terrorism Forum (GCTF), outre l'Organisation en partenariat avec le Département d'Etat américain dans le cadre de l'Initiative Globale Contre le Terrorisme Nucléaire (IGTLN), d'un atelier international sur la détection nucléaire aux frontières terrestres et maritimes, tenu à Tanger.

Il a rappelé, de même, la ratification par le Maroc du traité de Pelindaba relatif à la mise en place d'une zone africaine exempte d'armes nucléaires, soulignant aussi que les efforts du Maroc pour mettre en avant ce sujet à Genève, en particulier au niveau de l'OIF, en coprésidant au côté de la France, le Groupe de Travail sur le Désarmement, qui réfléchit, entre autres, aux moyens de renforcer les efforts au sein de notre Conférence pour lui permettre d'adopter son programme de travail et s'engager dans des débats sérieux et fructueux.

Lors de cette réunion, tenue sous présidence belge, l'ambassadeur, a appelé, par ailleurs, à œuvrer en faveur d'une reconsidération des priorités stratégiques de la Conférence à travers une meilleure concertation, permettant d'établir un momentum de grande importance sur les thématiques centrales que sont le désarmement nucléaire, la course à l'armement dans l'espace extra atmosphérique, la cybersécurité et d'autres échéances impérieuses, comme le développement d'armes autonomes.

L'adoption d'un programme de travail et sa mise en œuvre demeurent la pierre angulaire pour cet objectif, sans laquelle aucune avancée réelle ne peut être inscrite, dans le sillage de confrontations et de mésententes profondes sur des visions diamétralement opposées d'un grand nombre de délégations, a-t-il enchainé.

Tout en soulignant l'importance capitale de cette instance dans le système multilatéral de désarmement, il a "appelé à renouer avec le mandat initial de la CD et à lui permettre de négocier et d'adopter des instruments multilatéraux en matière de désarmement".

L'ambassadeur a appelé, de même, à se pencher sur les propositions et suggestions émanant de l'Agenda sur le Désarmement du Secrétaire Général des Nations Unies, lancé en mai 2018, qui contient des propositions à même de donner l'impulsion nécessaire à nos travaux.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.