Afrique: L'Afrique doit disposer en temps utile de vaccins sûrs et efficaces contre la Covid-19

L'Afrique doit disposer en temps utile de vaccins sûrs et efficaces contre la Covid-19

Brazzaville — Bien que le développement et l'approbation de vaccins sûrs et efficaces moins d'un an après l'apparition de la COVID-19 représente une spectaculaire réussite, l'Afrique court le risque d'être laissée de côté alors que les pays des autres régions concluent des accords bilatéraux, faisant ainsi grimper les prix.

Depuis le début de cette semaine, 40 millions de doses de vaccins ont été administrées dans 50 pays, la plupart à revenu élevé. Néanmoins, en Afrique, la Guinée est l'unique nation à faible revenu à fournir des vaccins et, à ce jour, ceux-ci ont été administrés à seulement 25 personnes. Les Seychelles, pays à revenu élevé, est le seul sur le continent à avoir lancé une campagne nationale de vaccination.

« Nous d'abord, pas moi d'abord : c'est la seule façon de mettre fin à la pandémie. La thésaurisation des vaccins ne fera que prolonger l'épreuve et retarder le relèvement de l'Afrique. Il est profondément injuste que les Africains les plus vulnérables soient forcés d'attendre des vaccins alors que des populations présentant moins de risques dans les pays riches sont mis en sécurité », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique. « Les personnels de la santé et les personnes vulnérables en Afrique ont urgemment besoin d'un accès à des vaccins contre la COVID-19 sûrs et efficaces. »

Le Mécanisme COVAX - codirigé par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (en anglais « Coalition for Epidemic Preparedness Innovations », CEPI), Gavi l'Alliance du vaccin, et l'OMS - a garanti la fourniture de 2 milliards de doses de vaccin auprès de cinq producteurs, avec des options d'achat de plus d'un milliard de doses supplémentaires.

« Le COVAX est en bonne voie pour commencer à livrer les doses de vaccins et à garantir un accès mondial aux vaccins », a déclaré Thabani Maphosa, directeur exécutif des programmes de pays de GAVI. « Cet immense engagement international a été rendu possible par les dons, le travail autour d'accords de partage des doses et des accords avec les producteurs, qui nous ont permis d'obtenir la garantie de 2 milliards de doses. Nous avons hâte de déployer ces vaccins dans les prochaines semaines. »

En Afrique, la coalition s'est engagée à vacciner au moins 20 % de la population d'ici la fin de 2021 en fournissant un maximum de 600 millions de doses, sur une base de deux doses par individu, distribuées par phases. Initialement, 30 millions de doses devraient commencer à être livrées dans les pays d'ici le mois de mars, avec l'objectif de couvrir 3 % de la population en donnant la priorité aux professionnels de la santé et à d'autres groupes prioritaires. La couverture vaccinale sera ensuite étendue à d'autres groupes vulnérables tels que les personnes âgées et celles présentant des maladies préexistantes. Il est prévu que la majorité des doses soit livrée au cours de la seconde moitié de l'année. Ces délais et ces quantités pourraient changer si les vaccins candidats ne sont pas conformes aux conditions d'agrément réglementaires ou si la production, la livraison et le financement se heurtent à des difficultés.

Afin de s'assurer que les vaccins sont transportés et stockés de façon adéquate pour rester efficaces, l'OMS, Gavi, l'UNICEF et les autres partenaires collaborent avec les pays pour les aider à se préparer à recevoir les vaccins en recensant les équipements de chaîne du froid et les capacités de stockage existants, et en fournissant un soutien technique aux pays afin qu'ils soient prêts à recevoir et à gérer les vaccins.

D'après l'outil d'évaluation de l'OMS de la préparation à l'introduction du vaccin, les nations africaines sont prêtes en moyenne à 42 % pour des campagnes de vaccination de masse, ce qui constitue une amélioration par rapport aux 33 % notés il y a deux mois. Néanmoins, il reste un long chemin à parcourir avant d'atteindre le seuil souhaité de 80 %.

Étant le plus grand acheteur de vaccins au monde, avec plus de 2 milliards de doses acquises chaque année pour la vaccination de routine et la lutte contre les épidémies pour le compte de près de 100 pays, l'UNICEF coordonne et soutient l'achat, le transport international et la livraison des vaccins contre la COVID-19 pour le Mécanisme COVAX. Ceci représente la plus vaste et la plus complexe opération logistique dans l'histoire de la vaccination. L'UNICEF constitue actuellement des réserves d'un milliard de seringues et achète 10 millions de boîtes de sécurité de façon à ce que les seringues et les aiguilles utilisées puissent être jetées en toute sécurité par le personnel dans les structures sanitaires, évitant ainsi les risques de blessures et de maladies transmissibles par le sang.

« L'UNICEF a mis en place un réseau mondial de transitaires et de prestataires logistiques afin de livrer les vaccins aussi rapidement et sûrement que possible, dans le cadre de cette gigantesque opération historique », a déclaré Mohamed Fall, directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l'Est et l'Afrique australe. « Cette inestimable collaboration garantira que nous disposons d'une capacité de transport en place pour la livraison des doses de vaccins contre la COVID-19, de seringues et de boîtes de sécurité aux travailleurs de première ligne qui, au bout du compte, protègent les millions d'enfants qui dépendent de leurs services vitaux. »

L'ensemble des 54 pays du continent ont exprimé un intérêt pour le Mécanisme COVAX. Huit pays à revenu élevé et à revenu intermédiaire financeront eux-mêmes leur participation, tandis que les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et à faible revenu auront accès aux vaccins sans frais à travers le Mécanisme. Les vaccins distribués par le COVAX auront reçu l'autorisation de la Liste d'utilisation d'urgence (en anglais « Emergency Use Listing », EUL) de l'OMS et, en tant que tels, auront été soumis à une validation rigoureuse de leur sécurité et de leur efficacité. Toutefois, le nationalisme vaccinal menace l'initiative COVAX.

L'initiative COVAX a mobilisé 6 milliards de dollars US de promesses de dons, mais a besoin de 2,8 milliards de dollars supplémentaires en 2021. L'OMS et ses partenaires appellent les pays et les donateurs à contribuer et à aider à mettre fin à la pandémie dans le monde.

Dr Moeti s'est exprimé aujourd'hui lors d'une conférence de presse virtuelle facilitée par APO Group. Elle a été rejointe par Thabani Maphosa, directeur général des programmes de pays de GAVI, et Mohamed Fall, directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l'Est et l'Afrique australe.

A La Une: Coronavirus

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.