Congo-Kinshasa: Les deux "K" qui firent l'histoire du Daring

L'un était un pur kinois. Un garçon de Matete qui avait grandi dans le football sous l'aisselle de Tambwe Lea. Ses démarrages fulgurants, ses changements de jambes et ses coups de canon avaient mis d'accord les spectateurs qui accouraient au foyer de Matete, pour assister aux matches de Daring Matete.

Il fut surnommé "dieu du ballon", et chacune de ses touches de balles étaient saluées par le public qui criait à tue-tête: "dieu".

Les joutes Daring matete - v.club Matete étaient des moments de grande tension et de communion. Les deux équipes y mettaient de la manière: nouveaux maillots, engagement physique, qualité de jeu.

Le résultat était souvent prémonitoire du résultat du grand derby Daring-V.club au stade Tata Raphaël, lorsque, les hazards du calendrier voulaient que Daring-v.club à Matete soit programmé le matin du jour où les deux grands allaient s'affronter au stade du 20 Mai.

Kakoko rompit le mariage Daring-dragons, se montra insaisissable face à Mazembe, contribua au retour de Daring sur l'échiquier africain et fut l'ailier gauche étoile de l'équipe nationale de football.

La providence l'avait gâté en dons, et il ne souffrit jamais la comparaison avec un autre dieu, "le seigneur" Kibonge (Gento pour ceux qui l'avaient connu vers les années 1965-1966) de V.Club.

Kakoko rimait avec Kidumu, l'autre grand "K" de Daring. Un pur produit de Thysville (Mbanza Ngungu) que Daring avait d'abord testé en "leasing" lors d'un mémorable Daring-v.club disputé en 1967 devant un parterre de Chefs d'Etat africains.

Daring l'emporta par 3 buts contre 1, à la grande déception du Président Mobutu qui fut un grand supporter et un grand soutien des verts et noirs.

Raoul quitta par la suite son Thysville natal pour s'installer à Kinshasa, au grand bonheur de Bilaf, qui ne regretta jamais cet investissement.

Raoul, "rou rou" comme l'avait surnommé Ambroise Mosete Mbombo et l'Etoile du Congo, était surnommé patron par les daringmen, qui appréciaient son sérieux (je ne l'ai jamais surpris en train de rire au stade ou à la permanence de Daring), sa qualité de jeu et son efficacité.

Il fut, à la fois, capitaine de Daring et celui des léopards. C'est lui qui ramena la coupe Moseka à Kin en 1974. C'est encore lui - premier capitaine noir au Mundial - qui conduisit l'équipe nationale à la coupe du monde de football de 1974.

On les appelait les deux grands, ces deux K.

La paire magique de Daring.

Avec eux, Tambwe Lea avait monté une armada redoutable que la presse unanime surnomma Ajax d'Amsterdam, en 1973.

Le jeu flamboyant d'Imana "matiti mabe" avait, en effet, conquis les cœurs et avait mis tout le monde d'accord.

Devoir de reconnaissance.

L'histoire devra rendre justice aux deux K du Daring club Motema Pembe, Emmanuel "Manu" Kakoko Etepe et Raoul Kidumu Mantantu.

Dr Hubert Kabasele Muboyayi Kalonji

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.