Maroc: Normalisation israélo-marocaine - Démission collective dans les rangs du PJD

Rabat — Dix (10) membres du Parti de la Justice et du Développement (PJD) dans la ville de Freïja à Taroudant au Sud du Maroc, ont présenté jeudi une démission collective du parti, mettant ainsi un terme "à leur lien avec cette formation politique", en attendant l'annonce d'autres démissions, indiquent des médias locaux.

Le PJD a essuyé une pluie de critiques contre la normalisation de la part de diverses parties prévoyant même "un séisme au sein du parti", suite à la signature par le SG Saâdeddine El-Othmani de l'accord, alors qu'il était vent debout contre l'établissement de relations normales avec Israël, qualifiant autrefois cette action de « génocide civilisationnel ».

Nous, sous signés, en notre qualité de membres et adhérents au PJD déclarons notre démission du parti et affirmons la rupture de tout lien dès l'acceptation de ces démissions, ont écrit les signataires du document.

Rapportant que bien des démissions sont attendues au sein du même parti politique, des médias locaux ont précisé que "les dix (10) démissionnaires pourraient atterrir au parti de l'Istiqlal ou au Rassemblement national des indépendants (RNI) ».

Les démissions collectives au sein du PJD dénotent, selon certaines sources, l'échec de la direction du parti à désamorcer la crise enclenchée par la signature par le SG du parti de l'accord de trahison avec l'entité sioniste.

Depuis l'annonce par le régime marocain de la normalisation des relations avec Israël, la formation politique d'El Othmani connait "une hémorragie interne aigue".

Les démissionnaires envisagent, selon des analystes, de créer un nouveau parti au sein duquel ils conjugueront leurs efforts contre le chef du gouvernement avant les prochaines élections.

A noter que le PJD se prépare pour tenir son conseil national fin janvier courant après plusieurs reports "avant de parvenir à la tenue d'un congrès extraordinaire", tandis que des parties du Mouvement de l'unicité et de la réforme (MUR) (association du même parti à caractère religieux), ont appelé à geler la qualité de membre du chef du gouvernement marocain, signataire de l'accord de normalisation ainsi que celle du ministre des Minerais, Abdelaziz Rabbah, lequel s'est réuni avec son homologue israélien».

Il s'agit, du moins, d'une normalisation qui "concerne le Makhzen et la famille royale seulement, et ne concerne pas le peuple marocain opposé à cette décision", a-t-il soutenu.

A La Une: Maroc

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.