Burkina Faso/Cameroun: CHAN 2020/Cameroun # Burkina - Les Etalons locaux, à un match de l'exploit dimanche

21 Janvier 2021

Après leur succès convaincant face au Zimbabwe (1-3), les Etalons locaux disputent, le dimanche 24 janvier 2020 à 19h GMT, à Yaoundé, un match tout aussi décisif face au pays organisateur, le Cameroun. Le Burkina Faso doit s'imposer pour se qualifier et ainsi accéder au premier quart de finale de son histoire dans le Championnat d'Afrique des Nations.

La victoire historique à une phase finale de Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) acquise, les Etalons locaux veulent plus, en accédant pour la première fois au second tour du tournoi. Pour réussir cet exploit, il faudra surmonter l'obstacle Lions indomptables locaux du Cameroun, le dimanche 24 janvier 2020, au stade Ahmadou-Ahidjo de Yaoundé. Dans le groupe A, à l'issue de la 2e journée, le Burkina Faso occupe la 3e place avec 3 points. Ils sont devancés par le Cameroun et le Mali qui comptabilisent 4 points chacun. Les Aigles du Mali sont en ballotage favorable puisqu'ils croisent le Zimbabwe, dernier du groupe et déjà éliminé.

Ainsi, un match nul pourrait suffire aux Camerounais et aux Maliens alors que les Etalons locaux doivent impérativement gagner pour atteindre les quarts de finale. La mission s'annonce difficile mais pas impossible pour le coach Seydou Zerbo dit « Krol » et ses poulains. Leur belle prestation contre les Warriors du Zimbabwe a suscité admiration et en même temps crainte chez quelques supporters Camerounais présents lors de la rencontre. Si les Burkinabè maintiennent le cap de leur motivation et de leur combativité de mercredi, ils sont capables d'aller arracher la qualification dans la tanière des Lions.

Ceux-ci, au vu de leurs deux prestations sont loin d'être un foudre de guerre. En défense, hormis leur capitaine, Salomon Manga qui présente des signes de sérénité, les autres semblent lourds et peuvent être facilement pris à défaut par des attaques rapides. En plus, le jeu des Lions est par moment décousu et s'appuie parfois sur des individualités pour faire la différence en attaque. Cependant, les Etalons doivent se méfier des coups de pieds arrêtés parce que les garçons de l'entraîneur Martin Mpilé sont redoutables dans cet exercice.

Rester concentré et appliqué

C'est d'ailleurs l'avis du sélectionneur des Etalons A, Kamou Malo présent à Yaoundé pour cette présente édition du CHAN. Il souligne que le Cameroun n'est pas un obstacle infranchissable, même s'il évolue à domicile. « Ils jouent sur leur pelouse et sont soutenus par leur public. Il donne l'impression d'une équipe forte. Sur le plan organisation de jeu, si nos enfants jouent leur football, ils peuvent les battre. Nous faisons partie des meilleures équipes de ce tournoi», a souligné le technicien burkinabè à l'issue de la victoire face au Zimbabwe. Si Hamed Belem, Ismahila Ouédraogo, Clavert Tiendrébéogo, Mohamed Lamine Ouattara, Clément Pitroipa arrivent dimanche à imprimer le même rythme qu'ils ont imposé aux Warrios mercredi dernier, ils peuvent causer de nombreuses difficultés aux Camerounais. C'est ce qu'a si bien fait le Mali (1-1) face à ces Lions lors de la 2e journée, mais malheureusement les Aiglons n'ont pas été efficaces devant les buts pour remporter le gain du match. Pour l'entraîneur des Etalons, le Cameroun a l'avantage du terrain certes, mais ses garçons vont jouer « avec leurs armes » afin d'atteindre leur objectif : arriver à se qualifier pour les quarts de finale. Cependant l'entraîneur burkinabè ne pourra pas compter sur tout son effectif. Des joueurs burkinabè traînent de petits bobos. L'on ne connaît pas, par exemple, la gravité de la blessure du latéral droit de l'USFA, Réné Zoungrana, sorti à la 35e minute, mercredi, après avoir reçu beaucoup de coups. Les blessés du premier match, Abdoul Karim Baguian et Ibrahim Touré étaient absents face aux Warrios tout comme le gaucher nominal médian de Salitas, Aboubabar Sidiki Traoré contrôlé positif à la COVID-19. Qu'à cela ne tienne, Babayouré Sawadogo et ses coéquipiers doivent jouer leur va-tout, en restant très concentrés et appliqués, dimanche. Il faudra jouer à fond pour ne pas avoir de regrets après.

Sié Simplice HIEN

(Envoyé Spécial à Yaoundé)

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .

Propos après la victoire contre le Zimbabwe

Babayouré Sawadogo, capitaine des Etalons : « Nous l'avons fait pour le peuple burkinabè... »

« Nous sommes ravis et fiers d'avoir remporté notre première victoire en phase finale de CHAN. Nous l'avons fait pour le peuple burkinabè, surtout que nous avons fait un faux pas lors de notre premier match. Nous avons l'obligation de rebondir et nous l'avons fait avec la manière. Lors du premier match nous n'avons pas été percutants offensivement et avons encaissé un but par maladresse. Ce soir nous étions costauds et mentalement prêts pour contenir l'équipe zimbabwéenne ».

N'Golo Kanté, élu Homme du match face au Zimbabwe : « la performance a été collective... »

« Nous étions motivés et avions envie de gagner ce match. Mon positionnement a également changé lors de ce match. C'est ce qui m'a valu cette performance. Contre le Mali, j'ai joué trop bas. J'ai évolué plus haut contre le Zimbabwe. Je suis très content de ma désignation comme Homme du match. Il faut souligner que la performance a été collective. Mes coéquipiers ont également contribué à ma performance ».

Seydou Zerbo dit « Krol » : « La guerre continue »

« Nous avons apporté quelques changements par compartiment. C'est la victoire de tout le monde. La clé du match a été l'envie, la détermination. Il fallait également entrer dans l'histoire en gagnant notre premier match. Après la défaite contre le Mali, nous avons requinqué le moral des jeunes en leur disant de tout faire pour gagner ce match afin de continuer la compétition. Nous leur avons également dit de jouer pour se faire plaisir. Ils nous ont écoutés. La guerre continue. Je n'ai pas de regrets pour mes choix lors du premier match. J'ai joué avec les joueurs que j'avais sous la main, avec ceux qui ont eu à affronter le Niger en amicale. Ceux que vous n'avez pas vus contre le Mali ne pouvaient pas

jouer parce qu'ils n'ont pas intégré le groupe tôt ».

Clavert Tiendrébéogo, attaquant : « ... continuer à travailler »

« Le premier match n'a pas été facile. Il fallait contre le Zimbabwe se remobiliser pour faire un meilleur match. Notre capitaine, le staff technique, le président de la FBF nous ont galvanisés. Nous étions donc conscients qu'il fallait absolument battre le Zimbabwe. Nous avons à cœur la qualification pour les quarts de finale. Je suis très content d'avoir marqué le but qui a contribué à notre victoire. Nous ne devons pas baisser les bras. Nous devons continuer à travailler pour que le match de dimanche nous soit encore favorable ».

Kamou Malo, sélectionneur des Etalons A : « J'ai reconnu le Faso foot ce soir »

« Au-delà de la victoire, il fallait que ces jeunes restaurent l'image du football burkinabè qui est en net progrès. C'est ce que nous leur avons dit. A la mi-temps, je leur ai dit que même s'il ne gagnait pas le match, ils auront montré qu'ils sont capables de se révolter. L'équipe s'est transcendée, avait de la volonté, de la fluidité et de la technique. En un mot, j'ai reconnu le Faso foot ce soir. Pour peu qu'on ait confiance en nous, on peut déplacer des montagnes. Tout est à l'honneur des joueurs et du staff technique qui ont été à l'écoute des uns et des autres. Cette union sacrée autour de l'équipe a valu ce résultat probant ».

Propos recueillis par S.S.H.

... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .

Programme du dimanche 24 janvier 2021

Cameroun # Burkina : 19h à Yaoundé

Zimbabwe # Mali : 19h à Douala

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.