Ethiopie: Le conflit au Tigré fait craindre une très grave crise humanitaire

Des réfugiés éthiopiens font la queue pour accéder à une distribution alimentaire au Soudan. Décembre 2020.

La région du Tigré est toujours secouée par un conflit peu médiatisé. Fin novembre, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, déclarait la victoire dans cette région. Mais la situation reste instable, comme l'indiquent les témoignages de rares humanitaires présents dans la région.

Pour le gouvernement éthiopien, depuis la prise de la ville de Mekele le 28 novembre dernier, aucun combat majeur ne s'est produit dans le Tigré. Addis Abeba met l'accent sur la mort d'anciens dirigeants régionaux tués lors des combats.

Depuis, le gouvernement évoque l'existence d'opérations mineures sans donner davantage de détails. Pourtant, ces dernières semaines, plusieurs signes montrent que le conflit se poursuit dans l'ombre. Il y a notamment quelques rares témoignages d'habitants et des comptes rendus d'organisations humanitaires.

Les Nations unies parlent de « conflits localisés » et déplore la mort de cinq travailleurs humanitaires dans un contexte décrit comme étant volatile. Même inquiétude soulevée par l'organisation Médecins sans frontières, qui intervient dans trois villes : Humera, Dansha, Shire.

Là-bas, des dizaines de milliers de personnes déplacées tentent de survivre dans des bâtiments abandonnés. Des zones où les pénuries d'eau et de nourriture font craindre une crise humanitaire très grave.

Sur le terrain, nos équipes ont constaté que beaucoup d'infrastructures ont été endommagées. Il n'y a plus d'école, d'hôpitaux, de centres de santé, d'eau potable... De nombreuses routes ont été détruites. Certaines villes sont quasiment vides tellement les populations ont fui...

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.