Congo-Kinshasa: Plus de 150 personnes tuées dans le territoire de Beni en deux mois, l'ONU demande une réponse humanitaire immédiate

22 Janvier 2021

Le Coordonnateur humanitaire en République démocratique du Congo (RDC), David McLachlan-Karr a fermement condamné vendredi les violences des groupes armés dans le territoire de Beni qui ont fait plus de 150 morts en l'espace de deux mois.

Dans ce territoire de la province du Nord-Kivu (est de la RDC), des éléments armés commettent régulièrement des massacres, des enlèvements et d'autres atteintes aux droits de l'homme à l'encontre d'une population civile impuissante et de plus en plus vulnérables.

Selon le Bureau pour la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), cette situation perdure depuis des années, « dans la plus grande impunité ».

« La situation est aussi alarmante qu'inacceptable », a déclaré M. McLachlan-Karr dans un communiqué.

Le Coordinateur humanitaire a exhorté les éléments armés à respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et à protéger les personnes comme les infrastructures civiles à Beni. Il a également appelé le gouvernement congolais à renforcer les mesures de protection sur ce territoire.

Depuis novembre 2019, les violences se multiplient à Beni et se sont étendues sur les territoires adjacents d'Irumu et de Mambasa situés dans la province voisine de l'Ituri.

Les civils, dont une majorité de femmes et d'enfants, sont les cibles de violences répétées qui ont fait plus de 150 morts entre le 11 décembre 2020 et le 10 janvier 2021. En deux mois plus de 100 personnes ont été enlevées et plusieurs autres ont été blessées.

Des pillages de structures sanitaires, de ressources naturelles, des incendies de maisons ont été aussi rapportés à OCHA.

« L'assistance humanitaire doit leur être délivrée au plus tôt »

Les conséquences humanitaires de ces violences sont préoccupantes. En date du 10 janvier, OCHA a enregistré plus de 67 000 personnes déplacées. La plupart d'entre elles sont hébergées dans des familles d'accueil - lesquelles subissent une pression sur leurs ressources et sont d'autant plus vulnérables - tandis que les autres populations déjà déplacées vivent dans des écoles ou des églises, dans des conditions de vie particulièrement précaires.

OCHA a annoncé que le Coordonnateur humanitaire adjoint en RDC, Diego Zorrilla, se rendra prochainement à Beni. Une mission qui a pour objectif de donner plus de visibilité à la crise qui touche ce territoire et de mobiliser les acteurs pour assurer une réponse humanitaire rapide aux populations déplacées qui ont fuit les atrocités des éléments armés.

« Ces populations ont vécu l'horreur et leurs besoins humanitaires sont très importants. Elles ont vu leurs proches se faire tuer et ont assisté impuissantes, au pillage de leurs biens et à l'incendie de leurs habitations. Il faut leur apporter une assistance, car en plus du traumatisme subi, elles ont tout perdu dans leur fuite », a expliqué M. McLachlan-Karr.

Protection, abris, articles ménagers essentiels, santé, nourriture, eau, hygiène et assainissement. La liste des besoins de ces personnes déplacées et des familles qui les accueillent est longue. « L'assistance humanitaire doit leur être délivrée au plus tôt », a insisté le Coordinateur humanitaire.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.