Cote d'Ivoire: Université des droits de l'homme du CNDH - 80 auditeurs reçoivent leurs parchemins

22 Janvier 2021

Les 80 auditeurs de l'Université des droits de l'homme (Uddh) du Cndh qui ont assidûment suivi les cours et les évaluations ont reçu leurs parchemins en présence du parrain de leur promotion, le ministre de la Réconciliation nationale, Kouadio Konan Bertin dite KKB.

Aux côtés du ministre, le jeudi 21 janvier 2021, à l'amphithéâtre Diarrassouba Aboubacar Sidick Ben, au siège du Conseil national des droits de l'homme (Cndh), l'on a noté la présence des ambassadeurs d'Israël et celui de la République arabe d'Egypte.

La présidente du Cndh, Namizata Sangaré a exhorté les auditeurs à utiliser les connaissances acquises à l'Uddh dans l'exercice de leurs fonctions, et à être à la hauteur des enjeux qui les attendent dans la défense des droits de l'Homme.

Dans son allocution, la présidente du Cndh a rappelé que lancée le 1er février 2018, ce cadre de formation est devenu au fil des années un véritable instrument pour les défenseurs des Droits de l'Homme en vue de l'amélioration des Droits des populations. « L'Uddh a formé à ce jour 543 auditeurs et est à son quatrième cycle. Ce bilan n'est pas un aboutissement, c'est une étape », s'est-elle réjouie.

A cette occasion, la présidente du Cndh, Namizata Sangaré a tenu à saluer le ministre Kouadio Konan Bertin qu'elle a qualifié de « l'homme politique qui a toujours su défendre, ses idéaux, les valeurs de la République et les aspirations profondes du peuple ivoirien.

La présidente du Cndh a également salué la détermination du ministre de la Réconciliation nationale à promouvoir la paix et la cohésion sociale entre les filles et fils de la Côte d'Ivoire. Aussi a-t-elle assuré de la disponibilité du Conseil à accompagner le ministre dans sa mission pour une « Côte d'Ivoire réconciliée, unie et solidaire ».

Poursuivant, elle a adressé ses sincères remerciements aux diplomates, aux représentants d'institution de la République, de la gendarmerie et de la police, de l'administration publique, ainsi qu'aux partenaires techniques et financiers et à la société civile.

Il faut noter que l'Uddh dispose de deux grands programmes composés de sessions. Un programme de sessions dites ordinaires qui s'étend sur cinq (05) mois en cours de soir pour permettre à toutes les personnes d'y participer. Elle se déroule après les heures réglementaires de travail de 16h30 à 18h30. Deux sessions sont organisées au cours d'une année, dont la première débutera le 27 janvier prochain avec 85 auditeurs de profils variés : magistrats, avocats, greffiers, officiers de la Gendarmerie et de la police, enseignants, des étudiants et membres de la société civile.

L'Uddh met également à la disposition des auditeurs, des sessions intensives qui se déroulent sur cinq (05) jours ouvrables abordant des thématiques d'actualités liées aux Droits de l'Homme. « Pour cette année 2021, ce sont quatre (04) sessions intensives qui sont programmées pour les mois de mars, juin, septembre et novembre 2021 », a indiqué Mme Sangaré.

Le ministre de la Réconciliation nationale a prononcé la conférence inaugurale sur le thème : « Droits de l'Homme et Cohésion sociale : Quelles stratégies d'actions pour une réconciliation réussie et une paix durable ? »

Le ministre Kouadio Konan Bertin a édifié le public sur les défis de la réconciliation nationale et comment le respect des droits de l'Homme peut-il contribuer à l'instauration d'un climat de paix entre les filles et fils de Côte d'Ivoire.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.