Afrique de l'Ouest: Session de formation - Les Caisses des dépôts et consignations de cinq pays de l'UMOA, du Gabon et de la Tunisie renforcent leurs capacités

22 Janvier 2021

La Banque africaine de développement a tenu, les mercredi 20 et jeudi 21 janvier 2021, une session de formation et de renforcement des capacités au profit des Caisses des dépôts et consignations de cinq pays de l'Union monétaire ouest‑africaine (UMOA), du Gabon et de la Tunisie.

La session, qui s'est déroulée en visioconférence, a regroupé quelque 70 membres des Caisses des dépôts et consignations (CDC) des pays de la zone franc d'Afrique de l'Ouest, à savoir les CDC du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Niger et du Sénégal auxquels se sont joints leurs homologues du Gabon et de la Tunisie.

Cette session organisée par le Département du développement du secteur financier (PIFD) et la Division du développement des marchés de capitaux de la Banque, en concertation avec la CDC de la Côte d'Ivoire, visait à renforcer les capacités des CDC en matière de gestion d'actifs et passifs, de portefeuille et de risques. Elle avait également pour but de renforcer leurs capacités en matière d'opérations à travers un partage d'expérience sur les instruments financiers de la Banque.

Cette formation de deux jours devrait permettre aux CDC de relever plusieurs défis : disposer d'un solide dispositif de gouvernance, d'un cadre adéquat de gestion des risques, d'une excellente capacité à mobiliser et gérer les fonds publics en portefeuille et d'une bonne capacité d'identification, d'exécution et de suivi des investissements. « Le soutien de la Banque aux CDC fait partie intégrante de notre stratégie de développement du secteur financier en raison du rôle important qu'elles ont à jouer dans le financement à long terme des cinq hautes priorités stratégiques de la Banque appelées High 5 », a déclaré Stefan Nalletamby, directeur du Département du développement du secteur financier de la Banque.

« Pour atteindre leurs objectifs stratégiques, les CDC doivent disposer d'un cadre et d'une capacité solide de gestion des risques, à mobiliser, gérer et investir les fonds publics en portefeuille. C'est là leur défi majeur », a ajouté Nalletamby.

Les CDC jouent un rôle unique dans la communauté de l'investissement financier à long terme du fait de leur mode opératoire, qui consiste à gérer l'épargne réglementée qui leur est confiée par les États pour la transformer en investissements dans des secteurs d'intérêt public comme les infrastructures, les entreprises ou le logement. À cet effet, elles jouent un rôle important d'investisseur institutionnel sur le marché financier domestique dont elles deviennent, de fait, un animateur important. Au-delà de leur rôle d'investisseurs de long terme dans des secteurs d'intérêt général, les CDC peuvent catalyser les capitaux privés en co-financement de leurs activités.

Dans l'UMOA, les CDC sont regroupés dans un Cadre permanent de concertation des Caisses des dépôts et consignations. Ses membres disposent d'expériences différentes, certaines étant relativement jeunes. « Ces sessions de formations sont une opportunité pour les Caisses des dépôts et consignations de renforcer leurs capacités opérationnelles, de s'imprégner des meilleures pratiques de gestion, de s'approprier les mécanismes et instruments financiers innovants d'institutions de développement comme la Banque africaine de développement », a déclaré Lassina Fofana, directeur général de la CDC de Côte d'Ivoire.

Pour améliorer l'accès au financement à long terme dans ses pays membres régionaux (PMR), la Banque africaine de développement encourage le développement d'un environnement propice pour des systèmes financiers dynamiques et bien réglementés. Elle soutient la demande de capital des secteurs public et privé et l'offre de capital constitué par la communauté des investisseurs.

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.