Madagascar: Travaux de recherche - Une machine de dessalement créée

Une équipe de chercheurs est en train de réaliser un prototype de machine à dessalement d'eau de mer.

Face à la problématique de l'approvisionnement en eau potable dans le Sud, des solutions à long terme sont proposées par certains chercheurs. Un ingénieur mécanicien malgache, Rija Rakotozanakajy, l'initiateur du projet, présente son prototype de machine à dessalement d'eau de mer. La technique consiste à dissocier l'eau de mer et l'eau par distillation. Une machine entièrement made in Madagascar.

« La réalisation du projet avance dans un sens où un professeur, des chercheurs et un ingénieur sont à l'œuvre depuis assez longtemps. Il s'agit du premier prototype. Il sortira en mars », explique le responsable. La présence de cette machine pourrait apporter de l'eau à plus de cent mille habitants dans le district d'Ambovombe Androy. La population dans ce district fait face à de nombreuses difficultés liées au manque d'eau. « Nous collaborons avec l'école supérieure polytechnique d'Antsiranana, l'université de Fianarantsoa, ainsi que le centre universitaire d'Androy dans la concrétisation de ce projet. Dans l'Androy, un maître de conférences va superviser la réalisation du prototype », indique Rija Rakotozanakajy, initiateur du projet.

Distillation

Le projet a été lancé en février 2020. « Nous avons décidé de le financer entièrement. Les étudiants diplômés et originaires de la région Androy devront tirer profit de l'implantation de cette machine. L'équipe de l'université d'Antsiranana s'occupe de la production de l'électricité par le biais de la mer. L'université de Fianarantsoa (ENI/Unif se charge de la régulation et de l'automatisation et enfin le centre universitaire de la région Androy réalisera le dessalement », enchaîne-t-il.

Dans le processus de dessalement par distillation, le but est de dissocier l'eau de mer pour ensuite isoler l'eau nécessaire. « L'eau de mer est portée à ébullition à une température de 130°C. « Il s'agit d'un projet global. Partant d'un langage courant, il nous faut un récipient capable de soutenir la salinité de l'eau de mer, mais il doit également tenir compte de la pression de l'eau. Depuis la côte, il suffit de pomper près de 10 m en eau souterraine. Puis l'eau de mer sera pompée dans le récipient.»

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.