Madagascar: Ambohimanambola - Un lieutenant tué dans une attaque armée

Crime en plein jour à Ambohimanambola. Dans la matinée d'hier, un officier aspirant du corps de la gendarmerie nationale a été froidement tué dans la maison où il séjournait. Poignardé par des bandits, ce gendarme principal de classe exceptionnelle en phase de terminer son service, a trouvé une mort tragique. Hissés à cette position suprême à laquelle accèdent certains gradés de la gendarmerie après des décennies de bons et loyaux services, les sous-officiers de ce rang sont appelés lieutenants par leurs frères d'armes.

Le crime a été perpétré aux alentours de 9 heures. Déterminé à sévir, le gang qui a frappé est entré par effraction dans la maison où se trouvait le gendarme principal de classe exceptionnelle. En se retrouvant nez-à-nez avec ce lieutenant de la gendarmerie nationale, les assaillants, ne s'attendant apparemment pas à sa présence, se sont déchaînés sur celui-ci. Le sort du gendarme était scellé dès le moment où il s'était retrouvé seul et à main nue, face aux malfaiteurs prêts à en découdre et en surnombre, de surcroît munis de tout un arsenal d'armes blanches.

Deux arrestations

Le constat de visu révèle que la victime a tant bien que mal tenté de tenir tête à ses bourreaux, sans pour autant réussir à les repousser. Un coup de poignard, porté dans sa poitrine, s'est avéré mortel. Sitôt informé du crime, le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de Tana ville s'est dépêché sur les lieux avec une équipe d'enquêteurs.

Deux des tueurs se sont très vite faits cueillir et la détermination du mobile du crime s'est précisée dans la foulée. « Il s'agit d'une attaque à main armée aggravée de meurtre. A première vue, le crime était motivé par un vol de numéraires ainsi que des objets se trouvant dans la maison assaillie », indique le commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de Tana ville.

« D'ailleurs, les deux hommes arrêtés ont été pris en possession de billets de banque tachés de sang, très certainement dérobés sur le défunt », ajoute-t-il sur cette même lancée.

Forts des indices et des informations qu'ils ont rassemblés sur les lieux du crime, les enquêteurs sont sur les traces des bandits en cavale.

Le lieutenant victime de cet acte de banditisme servait à la Circonscription Inter-régionale de la Gendarmerie Nationale (CIRGN) de Mahajanga lorsque la mort l'a happé. Permissionnaire, il s'était rendu à Tana pour des raisons personnelles. Ses bourreaux l'ont dépouillé du salaire qu'il venait de percevoir avant de le tuer.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.