Cameroun: Administration - Chefs traditionnels - Le recadrage du Minat

Au cours d'un échange mercredi à Bafoussam, le ministre de l'Administration territoriale a rappelé le devoir républicain des représentants du commandant traditionnel.

En tant qu'auxiliaires de l'administration, les chefs traditionnels sont appelés à accompagner l'Etat, celui qui l'incarne et ses représentants dans ses actions de développement. Ce rappel a été fait avant-hier à Bafoussam par Paul Atanga Nji, le ministre de l'Administration territoriale (Minat), lors d'une séance de travail qu'il a eue avec les chefs traditionnels de l'Ouest, dans la salle des conférences des services du gouverneur. Un message qui survient à la suite de la publication dans les réseaux sociaux de memoranda, lettres diverses, et certaines critiques pourtant adressées au chef de l'Etat.

Pour le Minat, le chef de l'Etat œuvre au quotidien pour renforcer les pouvoirs des chefs traditionnels en leur accordant des facilités diverses (un revenu mensuel, leur prise en compte dans des instances de décision tels que le conseil régional) et des actions permanentes visant à renforcer leur autorité. En retour, selon Paul Atanga Nji, ces derniers ne sont pas interdits de faire des critiques ou des suggestions, puisque c'est le sens même de la démocratie voulue par le chef de l'Etat, mais si leurs suggestions se retrouvent dans la rue, il y a problème. De même, les chefs traditionnels ne doivent pas poser des actes de nature à mettre en difficulté l'administration. C'est la raison pour laquelle le Minat émet le vœu d'un nouveau départ, un travail main dans la main pour la bonne marche et l'intérêt du pays.

« Les régions qui viennent d'être mises en place sont des structures importantes, et le chef de l'Etat a pensé que les chefs traditionnels sont très utiles dans la mise en place des régions. Vous êtes les acteurs principaux de notre processus de développement. La plupart parmi vous sont de grands agriculteurs, éleveurs, donnez-nous des idées pour promouvoir l'agriculture, la culture, c'est ça qui va permettre à notre pays de vivre, de se développer », a martelé le Minat. Les « monarques » ont reconnu la nécessité d'agir avec sagesse, pondération et efficacité pour le bien-être de leurs populations en particulier et de la Nation en général. Une séance de travail qui s'est déroulée à huis-clos, a permis par un échange franc, de dissiper les zones d'ombre. C'est désormais sous un ciel sans nuages, que se déroule la relation entre l'administration et les chefs traditionnels, puisque ces derniers, au regard de la loi, se sont dits engagés à assumer avec plus d'efficacité leur rôle.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.