Cameroun: Gestion des réfugiés et situation humanitaire - Concertations au Minrex

Le ministre des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella, a évoqué ces questions, hier 21 janvier, avec des responsables de ces deux organisations internationales.

Les affrontements intervenus en République centrafricaine (RCA), à l'occasion de l'élection présidentielle du 27 décembre 2020, ont causé un nouvel afflux massif de réfugiés vers le Cameroun. Cette situation est une préoccupation commune pour le Cameroun et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Olivier Guillaume Beer, le représentant à Yaoundé de l'instance onusienne, a été reçu en audience à ce sujet, hier 21 janvier, par le ministre des Relations extérieures (Minrex), Lejeune Mbella Mbella.

« Nous avons parlé de comment répondre au mieux à cet afflux et de comment le HCR et le gouvernement peuvent travailler ensembles pour renforcer la réponse de la protection des réfugiés au Cameroun », révèle le représentant du HCR au sortir de l'audience. A ce stade, une première solution a été trouvée entre les deux parties. « On a déjà 3000 personnes enregistrées individuellement à la frontière qui vont être transférées dans le site de Gado Badzere, un site temporaire où on a déjà construit des abris et fourni une assistance à ces personnes qui sont arrivées complètement démunies. Et nous travaillons avec les services de l'Etat pour réfléchir à ce qu'il faut faire si les chiffres augmentent et comment, plus tard, intégrer ces populations dans les communautés pour ne pas avoir un camp qui va perdurer de manière indéfinie dans le pays », poursuit Olivier Guillaume Beer. Lequel a tenu à féliciter le Cameroun qui brille par son hospitalité reconnue. Le HCR lance également un appel à la communauté internationale pour appuyer les efforts du pays.

Plus tôt dans la journée, le Minrex a reçu Gilles Carbonnier, vice-président du Comité international de la Croix-rouge. Au menu des échanges, la situation humanitaire au Cameroun et les efforts de cette organisation pour y remédier, main dans la main avec les autorités locales. « Nous avons pu partager nos impressions sur la situation à l'Extrême-Nord, au Sud-Ouest, et au Nord-Ouest. Nous avons également discuté du développement des opérations humanitaires du CICR, lesquelles visent à fournir une assistance de première nécessité aux personnes les plus vulnérables affectées par le conflit armé et qui visent à contribuer aux efforts de reconstruction et de réhabilitation dans le pays », explique Gilles Carbonnier.

Un mot a également été dit sur la lutte contre le coronavirus. Autre champ de bataille sur lequel s'investit le CICR au Cameroun. L'organisation a appuyé la riposte camerounaise avec des dons en matériels de protection individuelle et désinfectants remis, entre autres, à quelques pénitenciers du pays. Ceci, pour éviter la propagation de la maladie dans les prisons.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.