Madagascar: Trafic d'Or - Deux nouveaux accusés en détention à Tsiafahy

Un rebondissement. Bien que l'affaire des 73,5 kilogrammes d'or saisi en Afrique du Sud connaisse une accalmie dans les débats publics, la procédure judiciaire suit son cours.

Selon les informations, quatre personnes ont été traduites devant le parquet du Pôle anti-corruption (PAC), d'Antananarivo, jeudi. Deux d'entre elles ont été placées en détention préventives à la maison de force de Tsiafahy.

D'après les explications de Solofohery Razafindrakoto, procureur du second degré du PAC, ces quatre personnes auditionnées, jeudi, figurent dans la liste des sept mises en cause recherchées depuis une dizaine de jours. Il s'agit de deux bagagistes de la société STA et deux salariés de l'entité chargée de la sûreté aux aéroports. Ces deux derniers sont ceux qui ont été placés en détention à Tsiafahy. Les deux premiers ont bénéficié d'une mise en liberté provisoire.

Suite au déclenchement d'une enquête mixte, à Antananarivo, une liste de dix-huit mis en cause dans cette affaire d'exportation illicite d'or, y compris les trois présumés contrebandiers arrêtés en Afrique du Sud, a été inscrite dans le dossier transmis au PAC, le 8 janvier. Seules huit personnes se sont présentées au parquet. Elles ont toutes été placées en détention préventive, à l'issue des auditions qui ont duré jusqu'au 10 janvier.

En parallèle, après la délégation judiciaire établie par le PAC à l'endroit de plusieurs juridictions du pays, une équipe d'enquêteurs a mené des investigations à Toliara. C'est de l'aéroport de cette ville que l'avion privée de la compagnie STA a décollé pour l'Afrique du Sud, avec les trois présumés trafiquants et la cargaison d'or à son bord.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.