Afrique: « Point de mire » - Trump, un avenir en mille questions

23 Janvier 2021
opinion

L'ex-Président américain Donald Trump a fait comprendre à ses compatriotes que le 20 janvier dernier, c'était juste la fin d'un épisode et non d'une série dont il a été l'acteur principal.

Le prédécesseur de Joe Biden a été un peu plus clair sur le tarmac de la base d'Andrews, le même jour après son départ de Washington, en affirmant qu'il reviendrait « d'une façon ou d'une autre ». Après ses tentatives de s'accrocher au pouvoir, l'homme d'affaires n'a toujours pas digéré sa défaite face à celui qu'il appelle le « pire candidat de l'histoire de la politique ». Sur le plan psychologique, cela a dû lui faire un gros effet, car, a-t-il argué, il a dit se sentir « très bien », envisageant même de devoir « quitter le pays ».

Si Trump annonce son retour, c'est qu'au-delà de l'impact dans son esprit, il croit en ses chances de prendre sa revanche dans quatre ans. La défaite semble lui avoir donné un sentiment de travail inachevé, tant il a vanté ses résultats économiques (à relativiser), et promis le meilleur. C'est clair, il ne respectera pas la vieille tradition américaine qui range aux oubliettes les anciens locataires de la Maison-Blanche.

Au contraire, il pourrait jouer aux trouble-fête pour peser sur la vie politique. Fort de ses 70 millions de voix obtenues à la présidentielle, Trump aura son mot à dire aussi dans son camp, le parti républicain. Mais, il pourrait déranger également après avoir mis au pas la formation politique, de façon peu cavalière, durant son mandat ; c'est dire que l'ancien Président n'aura plus la même emprise sur l'establishment républicain.

Certains cadres de la formation ont déjà pris leurs distances après ses déclarations de mauvais perdant à l'élection, mais surtout après l'invasion du Capitole le 6 janvier dernier ; ce qui avait donné une mauvaise image de l'Amérique. Dans un souci de reprendre le contrôle du parti républicain (si ce n'est trop tard), par les conservateurs, les méthodes et les connivences inavouées de l'homme avec les suprémacistes blancs pourraient contribuer à faire de lui un indésirable.

Ce scénario, s'il se réalise, pourrait pousser Trump à créer son propre parti et à rompre le bipartisme de fait aux États-Unis. Au vu de l'électorat qui a voté pour lui le 3 novembre 2020, cela pourrait affaiblir le parti républicain comme jamais en face d'une scission. Mais, un départ de Trump est tout aussi risqué tant il lui sera difficile de casser la bipolarisation de la vie politique américaine. Réussira-t-il, en cas de scission, à fédérer ses partisans autour de sa personne ?

Du côté démocrate, Joe Biden sait déjà à qui il pourrait avoir affaire dans quatre ans, à moins que, comme nous y a habitué l'Amérique, de nouvelles têtes montantes n'accaparent le devant de la scène chez les républicains. Le nouveau Président sera évidemment jugé sur ses actes en début de mandat pour faire oublier les choix jugés inappropriés de son prédécesseur.

Tout comme Trump l'avait fait avec Obama (Obamacare), Joe Biden est en train de détricoter son œuvre pour apporter une rupture nette d'avec son prédécesseur et tourner la page, en signant, aussitôt après son installation, une batterie de décrets (arrêt de la construction du mur à la frontière avec le Mexique, rétablissement du statut temporaire des immigrés, retour des États-Unis à l'Oms et dans l'Accord de Paris sur le climat... ). Un début d'enterrement politique de première classe de Trump qui soulagera au-delà même du camp démocrate.

A La Une: Afrique

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.