Sénégal: Abdoulaye Diouf Sarr - « Dvoyageurs atterrissent à l'Aibd avec de faux tests Covid»

23 Janvier 2021

Le ministre de la Santé et de l'Action sociale a révélé, vendredi soir, dans l'émission « Saytu » sur la RTS1, que des voyageurs arrivent à l'Aéroport international Blaise Diagne (Aibd) avec de faux tests de Covid-19, mais ils sont toujours maîtrisés par ses services de contrôle.

« Il y a des voyageurs qui atterrissent avec de faux tests très vite détectés par les services de sécurité et de santé préposés à l'Aéroport. C'est ce qui nous a permis de maîtriser les cas importés », a déclaré Abdoulaye Diouf Sarr, qui, dans le même ordre d'idées, a dénoncé ces fraudes sur les tests qui, selon lui, « sont à l'origine des cas importés à l'aéroport ».

Commentant, en outre, la situation actuelle du Coronavirus au Sénégal, le ministre de la Santé et de l'Action sociale a fait remarquer que les cas graves et sévères sont devenus plus nombreux dans cette deuxième vague. Ce qui, à son avis, favorise la hausse du taux de décès.

« Le défi de cette vague étant la prise en charge des cas graves, nous l'abordons avec plus de matériels et les CTE (Centre de traitement épidémiologie, ndlr) qui sont en train d'être renforcés pour prendre en compte tous les paramètres d'urgence et de réanimation », a-t-il toutefois rassuré, rappelant ainsi la nécessaire de prendre toutes les dispositions pour maîtriser la pandémie en amont et accélérer la détection précoce pour que la prise en charge soit efficace. Il ajoute : « le challenger du ministère de la Santé et de l'Action sociale pour cette phase est d'offrir un plateau technique apte à gérer les cas graves ou que l'on soit et de la manière la plus rapide et nous sommes bien préparés ».

Interpellé, par ailleurs, sur la disponibilité des vaccins dans le monde, en un temps record, le ministre de la Santé et de l'Action sociale a estimé que cela est possible grâce à une « mobilisation exceptionnelle » des chercheurs. « Les vaccins demandaient beaucoup de temps dans leur mise au point parce que les ressources liées à la recherche n'étaient pas optimales. Mais, avec la Covid-19, il y a eu une mobilisation exceptionnelle dans le monde et les nouvelles technologies ont permis d'accélérer la recherche et de réduire les durées habituelles d'acquisition de vaccins », a expliqué Abdoulaye Diouf Sarr. Salla GUEYE

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.