Congo-Brazzaville: Musique - L'UMC plaide pour la réouverture des salles de spectacles

A l'occasion de sa première rencontre annuelle tenue le 22 janvier à Brazzaville, l'Union des musiciens du Congo (UMC) a émis le vœu auprès des autorités publiques de rouvrir les salles de spectacles et de permettre au secteur culturel d'exercer librement ses activités dans le respect des mesures barrières.

A cause de la pandémie du coronavirus, 2020 a été une année épouvantable et difficile pour le secteur de la culture en général et celui de la musique en particulier. Salles de spectacles fermées, lieux de culture mis en arrêt, restriction des rassemblements de plus de cinquante personnes... Tout en comprenant cette appréhension, les artistes par le biais de l'UMC plaident pour un traitement plus équitable et plus juste vis-à-vis du secteur culturel afin de saisir la mesure réelle de l'impact du coronavirus sur la culture et ses conséquences sur l'activité musicale.

« Nul ne peut méconnaitre que nous sommes une catégorie socio-professionnelle de personnes qui gagnent leur vie en qualité de créateurs. Nous en appelons à la Task Force et au gouvernement d'agir dans les meilleurs délais pour aider les créateurs à survivre à la crise actuelle et, à terme, à contribuer à la reprise de leurs activités », a souligné le président de l'UMC, Magloire Bonguili dit Pape God.

Par ailleurs, le bureau exécutif national de l'UMC se dit favorable pour une culture plus encadrée. Il appelle l'Etat à continuer à concevoir, orienter, coordonner et contrôler la politique culturelle de la nation et à créer les conditions propices à sa mise en œuvre. Celles-ci devant être en adéquation avec les mesures édictées par le gouvernement dans la lutte contre le coronavirus.

Eponger la dette relative aux droits d'auteurs

A cause de la pandémie de Covid-19, les comptes du Bureau congolais du droit d'auteurs (BCDA) se trouvent impactés. Une situation peu réjouissante pour les artistes, qui outre leurs prestations diverses, dépendent largement des redevances versées par cette institution.

Au regard de ces temps difficiles, les artistes ont lancé un vibrant appel à l'endroit du ministère de la Communication et des Médias afin de prendre des mesures nécessaires pour éponger la dette relative aux droits d'auteurs que les médias publics, y compris privés, ont vis-à-vis du BCDA, depuis plus de dix ans.

« Nous invitons les autorités de tutelle d'en assurer le suivi dans le respect des lois et règlements en vigueur dans notre pays et dans le respect des conventions internationales dont le Congo fait partie. En agissant en faveur des créateurs, vous leur serez d'un grand soutien pour la relance de leurs activités », a lancé Pape God.

Notons qu'en dépit du tableau sombre ayant caractérisé l'année 2020, l'UMC a récemment été récipiendaire du prix spécial du jury à la 18e édition des Sanzas de Mfoa. Ce prix est une reconnaissance publique qui vient conforter le rôle de ce groupement dont la défense des intérêts moraux, matériels et des droits des artistes musiciens du Congo, constitue le leitmotiv.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.