Centrafrique: En Centrafrique, Touadéra doit maintenant consolider une victoire fragile

Validée par la Cour constitutionnelle, la réélection du président est contestée par l'opposition. Pour la cour, comme pour la communauté internationale, c'est l'exercice du pouvoir qui redonnera au président réélu sa pleine légitimité.

« Le peuple a envoyé un message clair et fort à ceux qui le terrorisaient, à ceux qui lui disaient de ne pas aller voter et au monde entier. » En rendant hommage aux Centrafricains qui ont massivement voté dans les zones où ils ont pu le faire, la présidente de la Cour constitutionnelle, Danièle Darlan, a voulu souligner l'exaspération de tout un peuple devant une énième aventure militaire, et a au final validé la réélection du président Faustin Archange Touadéra, lors d'une audience qui s'est tenue lundi 18 janvier.

Depuis la mi-décembre, une nouvelle alliance de groupes armés autrefois ennemis, la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), a en effet fortement perturbé l'organisation du scrutin, se heurtant aux Forces armées centrafricaines (FACA), alliées à la Mission des Nations unies (Minusca) et à des renforts venus de Russie et du Rwanda. La situation sécuritaire s'est tellement dégradée, que seule la moitié des Centrafricains a pu voter librement. C'est ce qu'a tenu à rappeler la Cour, en divisant par deux le taux de participation officiel, pour le ramener à 35,74%. Pour la plateforme de l'opposition COD2020, « le président Touadéra a été déclaré vainqueur avec seulement 17% du corps électoral, ce qui lui ôte toute légitimité pour diriger notre pays. »

Pour la Cour constitutionnelle, le président réélu est légitime, mais la présidente de la Cour, Danièle Darlan, insiste sur le fait que l'élection ne fait pas tout et rappelle que « la légitimité doit être conquise et maintenue au quotidien par l'exercice du pouvoir et la bonne gouvernance ». Réélu, Faustin Archange Touadéra doit maintenant démontrer que sa victoire est liée à son action, en poursuivant, malgré les nouveaux obstacles, une démarche entreprise il y a cinq ans, et qui avait porté quelques fruits.

Rétablissement de la paix

Lorsqu'il accède à la présidence pour la première fois en 2016, à l'issue d'un scrutin où il n'était pourtant pas le favori, la République centrafricaine n'est plus que l'ombre d'elle-même. Trois ans auparavant, une coalition de groupes politico-militaires, la Seleka (« Alliance » en Sango) a pris le pouvoir à Bangui. Le retour à l'ordre constitutionnel et l'élection de 2016 ont néanmoins permis d'entrevoir une sortie du tunnel.

Mais en 2016, les groupes armés contrôlent encore la majorité du pays, et l'économie est exsangue. Sans réelles motivations idéologiques, ces groupes s'affrontent et s'allient au gré des circonstances, avec un modèle économique basé sur la prédation des ressources. Malgré l'appui des 12 000 hommes de la Mission des Nations unies (Minusca), l'insécurité est totale dans l'arrière-pays. La recherche d'un processus de paix avec les groupes armés est alors l'une des premières priorités du président. Négocié et signé à Khartoum (Soudan), avec l'appui de la Russie, un accord est ratifié à Bangui le 6 février 2019, avec 14 groupes armés, marquant le retour à une relative stabilité dans le pays pendant près de deux ans. Même si au final, cet accord ne sera pas respecté par tous les groupes, qui continueront à commettre des exactions sur le terrain.

Renforcement de l'État

Parallèlement, l'administration Touadéra poursuit également avec ses partenaires un vaste programme de formation des FACA, mettant progressivement en place une garnison dans chaque préfecture - une stratégie chère au président. Une armée plus proche du terrain, qui doit permettre de mieux sécuriser les zones, et de redévelopper l'économie au niveau local. À Bouar, notamment, la deuxième ville du pays, une garnison est déployée, et l'Unité européenne qui aide à la reconstruction des FACA, (EUTM), y développe également un centre de formation.

Quel bilan aujourd'hui ? Peu à peu, donc, les principales villes ont retrouvé des FACA, mais en nombre insuffisant pour faire face aux groupes armés, même si elles ont été appuyées par la Minusca et des Forces de sécurité intérieure (FSI). Ces progrès ont de fait été très fragiles, et de nombreuses villes restent à la merci des groupes armés, qui ont rappelé depuis un mois leur pouvoir de nuisance. Comme l'a souligné ce jeudi 21 janvier Mankeur Ndiaye, le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en RCA, dans son adresse au Conseil de sécurité, « la République centrafricaine court un grave risque de recul en matière de sécurité et consolidation de la paix, ce qui pourrait saper tout ce que ce Conseil et les partenaires de la République centrafricaine ont contribué à construire ». Il demande une augmentation des effectifs de la Minusca de 3 000 hommes, afin de faire face aux assauts des membres de la CPC.

Particulièrement visés par les attaques de ces derniers jours, figurent les agents de l'État, qui ont fait également leur retour dans l'arrière-pays à travers les préfets et sous-préfets, ainsi qu'avec la présence de fonctionnaires en poste (professeurs, médecins, bien qu'en très faibles effectifs). Un effort financier conséquent a par ailleurs été assuré par la communauté internationale, pour permettre la réhabilitation de bâtiments administratifs, d'écoles, de centres de santé, ou encore pour désenclaver certaines zones. Au niveau économique, les partenaires internationaux et le gouvernement ont adopté un vaste plan national de redressement (RCPCA), destiné à remettre le pays à flot. Et ces dernières années, la croissance a été au rendez-vous, même si elle a été largement dopée par l'aide internationale. Certains des bailleurs les plus importants, comme la Banque mondiale, déplorent cependant le manque de réformes adoptées, susceptibles de rassurer d'éventuels investisseurs.

En matière de justice, également, les audiences criminelles ont redémarré, très suivies par la population, mais la lenteur de la mise en place de la Cour pénale spéciale, un tribunal mixte devant juger les crimes les plus graves commis depuis 2003, laisse un goût amer aux victimes. Ce sentiment d'impunité est encore accru par le fait que les principaux chefs de groupes armés ont été intégrés dans le gouvernement issu de l'accord de paix, alors que leurs organisations ont continué de commettre des exactions sur le terrain, et surtout, n'ont pas ou peu désarmé. En limogeant quatre de ces chefs de guerre lors de son discours du Nouvel an, le 31 décembre 2020, le président Touadéra n'a fait qu'entériner une situation qui ne pouvait plus durer, mais le problème reste entier.

Une diplomatie tous azimuts

En 2016, après l'arrivée au pouvoir de Faustin-Archange Touadéra, la question du réarmement des FACA se heurte à la méfiance de nombreux partenaires internationaux. En effet, des arsenaux entiers sont par le passé tombés entre les mains des rebelles. Mais les forces centrafricaines manquent cruellement d'armes, alors que les groupes armés, eux, se renforcent sans aucun problème, en contournant l'embargo instauré dès 2013 par le Conseil de sécurité.

Le président Touadéra choisit alors la voie des négociations bilatérales, avec de nouveaux partenaires, et particulièrement la Russie, avec laquelle il entame un processus de coopération militaire. Des « instructeurs » privés russes sont envoyés à Bangui dès 2018, officiellement pour apporter un complément de formation aux FACA. Très rapidement, ces instructeurs sont cependant soupçonnés de faire partie de la compagnie Wagner, une société de mercenaires russes opérant déjà en Syrie ou au Soudan. Le flou entretenu par les autorités russes sur le statut de ces forces et sur la nature du matériel envoyé sur le terrain ne sera jamais totalement levé, comme on a pu le voir encore récemment, avec l'imbroglio sur l'envoi, puis le retrait - annoncé - d'hélicoptères et d' « instructeurs » russes appelés en renfort pendant la période électorale.

La France, partenaire traditionnel, mais aussi les États-Unis ou la Grande-Bretagne, se sont fortement inquiétés de l'intrusion de la Russie dans le jeu diplomatique centrafricain. Est-ce pour relever le défi ? Paris a réagi, en augmentant très fortement son aide au développement dans le pays. Mais l'ancienne puissance coloniale a dû faire face à de nombreuses campagnes de presse très virulentes et semble avoir perdu une part de son influence. Sur le plan international, l'activisme diplomatique du président Touadéra a en tout cas partiellement porté ses fruits. plusieurs reprises, l'embargo sur les armes a été allégé, et des armes ont été livrées aux FACA. Cette semaine, la question de sa levée a de nouveau été posée au Conseil de sécurité, mais le ministère centrafricain des Affaires étrangères s'est heurté aux mêmes réticences.

Comme lors de son arrivée au pouvoir en 2016, le président réélu démarre son nouveau mandat avec une situation de conflit armé complexe, dans un pays où les acteurs diplomatiques et militaires se sont multipliés. Il faudra certainement que le professeur de mathématiques Faustin Archange Touadéra use de toute sa science pour résoudre cette équation à multiples inconnues.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.