Tunisie: Les services du FMI achèvent les consultations de 2020 au titre de l'Article IV pour la Tunisie

document

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de leurs conclusions préliminaires après leur visite dans un pays.

Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du conseil d'administration du FMI. À partir des conclusions préliminaires de cette mission, les services du FMI établiront un rapport qui, sous réserve de l'approbation de la direction, sera présenté au conseil d'administration pour examen et décision.

Washington, DC : Une équipe des services du Fonds Monétaire International (FMI), dirigée par Chris Geiregat, a conduit une mission à distance du 9 au 18 décembre 2020 et du 4 janvier au 13 janvier 2021, dans le cadre de la consultation pour 2020 au titre de l'Article IV pour la Tunisie.

A l'issue de la mission, M. Geiregat a fait la déclaration suivante :

"Le Covid 19 a gravement frappé la Tunisie. La mission du FMI souhaite exprimer ses condoléances et sa solidarité avec tous les Tunisiennes et Tunisiens affectés par la pandémie, et son admiration profonde pour celles et ceux qui ont travaillé de manière incessante pour sauver les vies de leurs concitoyens.

"Les autorités ont réagi de manière proactive a la survenue de la pandémie, en fournissant un soutien immédiat au secteur de la santé, ainsi qu'aux ménages et entreprises touchées. Cela étant, les services du FMI estiment que le PIB réel aurait reculé de 8,2 pourcents en 2020, avec comme effets une pauvreté et un chômage accrus. Le déficit des paiements courants devrait s'être réduit sous l'effet d'une chute brutale de la demande d'importations et de transferts de Tunisiens résidents à l'étranger restés dynamiques, et ce, malgré le choc enregistré par les exportations et la chute brutale des recettes de tourisme. Le déficit budgétaire devrait s'établir à 11,5 pourcents du PIB, essentiellement du fait d'une baisse des recettes fiscales, d'une masse salariale plus élevée, et de transferts supplémentaires aux entreprises publiques.

"Les services du FMI s'attendent à une reprise de la croissance à 3,8 pourcents en 2021 alors que les effets de la pandémie commencent à s'atténuer. Néanmoins, les risques autour de cette projection de base sont considérables, en particulier eu égard à l'incertitude quant à la durée et l'intensité de la pandémie, ainsi qu'à celle de la vaccination.

"Les services du FMI et les autorités partagent le constat que la Tunisie fait face, à l'heure actuelle, au double défi de sauver des vies et de préserver les conditions de vie jusqu'à ce que la pandémie s'atténue, tout en commençant à ramener les déséquilibres budgétaires et externes sur une trajectoire soutenable. Dès lors, il sera essentiel d'assigner une priorité claire aux dépenses de santé et de protection sociale, tout en exerçant un contrôle sur la masse salariale, sur des subventions énergétiques mal ciblées, et sur les transferts aux entreprises publiques. La loi de finances pour 2021 cherche à atteindre cet équilibre entre différentes priorités, avec un déficit budgétaire estimé en réduction pour atteindre 6,6 pourcents du PIB. Cependant, des mesures spécifiques sont nécessaires pour parvenir à cet objectif de déficit, alors qu'en leur absence, les services du FMI estiment que celui-ci pourrait atteindre un chiffre élevé, de plus de 9 pourcents du PIB. Les services du FMI encouragent les autorités à continuer de renforcer des filets de protection sociale mieux ciblés, ainsi que de favoriser l'investissement à fort impact en termes de croissance économique.

"Les perspectives économiques à moyen terme et la soutenabilité de la dette publique dépendront de l'adoption par les autorités d'un plan de réforme crédible et bien communiqué, afin de bénéficier du soutien fort de la société tunisienne et de ses partenaires internationaux de développement. A cet effet, il sera crucial de s'assurer du soutien des principales parties prenantes s'agissant des domaines relevant de leur responsabilité. Un tel "pacte social" pourrait ainsi couvrir la masse salariale de la fonction publique (à l'heure actuelle, une des plus élevées au monde), une réforme des subventions, le rôle des entreprises publiques dans l'économie, le secteur informel, l'équité fiscale, les reformes anti-corruption et l'environnement des affaires.

"Plusieurs grandes entreprises publiques croulent sous le poids de la dette, ont accumulé des arriérés de paiement, et bénéficient de garanties de l'Etat, le tout posant des risques budgétaires et financiers. Les services du FMI voient de manière positive les efforts des autorités pour démêler et résoudre certains des arriérés croisés existants, et encouragent les autorités à mettre en place un plan de réforme à moyen terme qui : (i) assure un triage des entreprises publiques sur la base de leur viabilité financière, importance stratégique et nature de leurs activités, (ii) centralise leur tutelle sous une seule entité, (iii) renforce la gouvernance d'entreprise, et (iv) améliore la transparence et le reporting financier. Améliorer la situation financière des caisses de sécurité sociale réduirait également les risques budgétaires.

"La politique monétaire de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a permis de soutenir crédit et liquidité bancaires, tandis que l'inflation continuait de se modérer. Les services du FMI encouragent vivement les autorités à éviter de procéder, dans le futur, à un financement monétaire de l'Etat, alors que celui-ci risquerait de faire marche arrière s'agissant des succès enregistrés dans la lutte contre l'inflation, d'affaiblir le taux de change et le niveau des réserves de change, et d'affecter négativement la stabilité financière. La politique de la BCT devrait continuer de se concentrer sur l'inflation via ses taux directeurs, tout en préservant une flexibilité du taux de change, à la hausse comme à la baisse. La BCT devrait surveiller de manière étroite le secteur financier, alors que les conséquences complètes de la pandémie sur le secteur doivent encore être observées.

"Augmenter la croissance potentielle et inclusive de la Tunisie nécessitera plus d'initiative donnée au secteur privé et de concurrence, y compris au travers de l'élimination de monopoles et autres distorsions. Les services du FMI approuvent l'objectif des autorités de couvrir au moins 30 pourcents des besoins de la Tunisie en énergie par des sources renouvelables, ce qui appuiera le combat contre le changement climatique et assurera une diversification des sources d'approvisionnement. Les réformes permettant d'avancer sur l'anti-corruption, sur une bonne gouvernance, et sur la transparence devraient figurer comme des thèmes transversaux fondamentaux pour les années à venir. "

L'équipe du FMI souhaite remercier les autorités tunisiennes ainsi que les représentants du secteur public, privé, et de la société civile qu'elle a eu l'opportunité de rencontrer, pour leur coopération et les discussions fructueuses qui en ont émanées.

Informations générales

Depuis 2013, la Tunisie a pu bénéficier de deux facilités du FMI (un Accord de Confirmation et un Mécanisme Elargi de Crédit). Le 10 avril 2020, le conseil d'administration du FMI a approuvé le décaissement d'un Instrument de Financement Rapide pour soutenir la Tunisie dans ses efforts pour enrayer les effets de la pandémie.

A La Une: Banques et Assurances

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.