Maroc: Mohamed Badine El Yattioui, un fervent défenseur de notre cause nationale au pays des Aztèques

Fervent défenseur de la cause nationale partout où il enseigne et donne des conférences, le professeur des relations internationales à l'université mexicaine des Amériques de Puebla, où il dirige aussi le centre de recherche sur la globalisation "NEJMAROC", Mohamed Badine El Yattioui a passé plusieurs années de sa carrière en va-et-vient entre deux cultures et deux aires géographiques, le Maroc et l'Amérique Latine. Hispanophone par excellence (mais aussi adepte de la langue de Molière, tant il est le produit de l'université française), Mohamed Badine El Yattioui a la caractéristique rare parmi les auteurs bilingues de se traduire luimême pour faire face aux mensonges et aux fausses informations véhiculées depuis plus de 40 ans par le "Polisario", notamment dans les pays latinoaméricains.

C'était le cas il y a près de deux ans, à l'université nationale autonome du Mexique. Le professeur universitaire venait de terminer sa conférence sur "la stratégie géopolitique et géoéconomique du Maroc en Afrique", après avoir rappelé le contexte de la guerre froide et ses répercussions sur la question du Sahara marocain et mis à l'évidence que l'option référendaire est caduque étant incompatible avec la réalité historique et sociologique de la région. Sans ciller, et au pas de charge, il a répondu aux questions de l'assistance avec un discours savant, tout en mettant à nu les allégations fallacieuses véhiculées par les séparatistes, au risque d'une confrontation directe sur le terrain avec les séparatistes, ce qui l'expose parfois à des violences verbales, voire à des tentatives d'interdiction d'intervenir en public.

Heureusement, il y a aussi des moments de détente, d'amitié, avec ce petit monde cosmopolite d'universitaires, d'ingénieurs, de financiers et de managers, réunis au sein du Conseil des cadres marocains établis au Mexique, qu'il préside avec pour vocation de participer activement au développement de la coopération entre les deux pays, en servant de plateforme d'échanges, de rencontres, de réflexion et de proposition. Cette structure a pour objectif de mettre en valeur l'image du Maroc dans ce pays en mettant à profit la qualité et la diversité professionnelle de ses membres, et de contribuer à jeter des ponts entre les deux peuples, a souligné Mohamed Badine El Yattioui dans une déclaration à la MAP.

Auteur d'une vingtaine d'articles sur différentes thématiques et de plusieurs tribunes sur la question nationale en trois langues, l'universitaire franco-marocain, qui vivait entre Tanger, Lyon et Mexico, a d'abord écrit en français avant de "reprendre contact" avec l'Amérique Latine et de se mettre à privilégier l'espagnol. "Au sein de l'Universidad de las Americas Puebla (UDLAP), qui est une institution privée, je mène différents projets de recherche consacrés à la géopolitique, à la gouvernance globale et à la sécurité internationale. J'y enseigne ces disciplines en français, en anglais et en espagnol", a-t-il dit.

Il est également professeur associé au sein de deux universités publiques : la BUAP à Puebla et la prestigieuse UNAM à Mexico. Pour lui, "cette expérience est très enrichissante car avant la pandémie j'ai énormément voyagé au sein du pays pour donner des conférences. J'en ai profité pour parler du Maroc, ses institutions et sa politique étrangère principalement. J'ai également effectué des séjours de recherche en Colombie et à Cuba lors de ma thèse doctorale consacrée aux relations Etats-Unis/Amérique Latine. J'en avais également profité pour parler de l'originalité et de la pertinence du modèle marocain avec des collègues universitaires".

Après le baccalauréat, obtenu en 2001, il a décroché une licence, un master 1 en Histoire et un master 2 en Science Politique/Relations internationales à l'Université Jean Moulin Lyon III. En 2015, il a soutenu sa thèse de doctorat en Science politique, qui portait sur les relations entre les Etats-Unis et l'Amérique latine dans cette même institution, dans laquelle il enseigne depuis janvier 2012. "Durant ma recherche doctorale, j'ai effectué des séjours de recherche à Cuba, en Colombie et à Oxford. L'aventure mexicaine débutera comme professeur invité à l'UDLAP durant un semestre en 2016. Je ne quitterai plus ce pays, devenant professeur associé. Je suis, avec le temps, devenu professeur associé de deux universités publiques de ce pays: l'UNAM et la BUAP", a-t-il relevé.

Né en France, Mohamed Badine El Yattioui se rend au Maroc deux fois par an, alliant visites familiales et activités professionnelles. En fait, l'universitaire marocain collabore avec Alter Forum Internacional pour organiser deux fois par an le congrès de Laâyoune en présence de chercheurs de nombreux pays (Maroc, Amérique latine, Europe). "En 2019, j'ai été nommé vice-président du conseil scientifique de l'Institut Alter Forum International consacré aux études sahariennes à Laâyoune.

Une véritable fierté permettant de développer des projets de recherche avec mon pays. Ma tâche réside principalement dans la coordination des projets de recherche et leur promotion, principalement en Amérique latine. Cette région, peu connue et peu étudiée au Maroc, offre de belles perspectives en matière de collaborations universitaires futures", a-t-il affirmé.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.