Ile Maurice: Meurtre de Manan Fakoo - Une balle a-t-elle été abandonnée dans le corps du défunt ?

Selon nos informations, au cours de l'autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du service médico-légal, en présence du Dr Satish Boolell, dont les services ont été retenus par la famille du décédé, une balle de calibre .25 a été extraite du cou de Manan Fakoo. Une autre, toujours de même calibre et tirée donc probablement de la même arme, avait été retrouvée dans sa voiture. Cette balle aurait atteint son corps et en serait ressortie. Une troisième balle dont on a décelé l'impact sur Fakoo n'a pas été retrouvée et aurait été avalée ou recrachée par ce dernier.

Ce qui pose de sérieuses questions. Pour commencer, pourquoi n'avait-on pas extrait durant l'intervention chirurgicale qui aurait eu lieu mercredi soir même cette balle retrouvée dans le corps durant l'autopsie ? Deuxièmement, pourquoi la police a-t-elle affirmé que Manan Fakoo était hors de danger ?

Cette balle «abandonnée» dans le corps serait, selon notre source, pourtant bien visible au scanner ou par radiographie. Et serait la cause de la détérioration de l'état de santé de la victime et sa mort subséquente. Y a-t-il eu intervention chirurgicale, pour commencer ? En tout cas, selon notre source, il n'est pas normal de retrouver de balle au cours de l'autopsie pour quelqu'un qui aurait subi une intervention chirurgicale. Négligence médicale ? se demande-t-on.

Officiellement, Manan Fakoo serait mort de «shocks and injury in the neck». Le rapport de l'autopsie est attendu. Les analyses balistiques renseigneront de plus sur l'origine de l'arme ou des armes utilisée(s).

Des funérailles simples et dignes

Il n'y avait qu'environ 200 personnes à la cérémonie, hier à Beau-Bassin. Beaucoup d'ex-compères de Manan Fakoo dont Senna Budluron et Vishal Shibchurn étaient présents. Le corps de l'enfant terrible de Beau-Bassin a été mis en bière et conduit au cimetière de Saint-Louis à Petite-Rivière pour y être inhumé.

Manan Fakoo avait reçu trois balles mercredi soir, tirées par un duo voyageant sur une motocyclette de grosse cylindrée. Cela s'est passé à quelques mètres de sa demeure. Malgré ses blessures, Manan Fakoo a pris sa voiture pour se rendre à la station de police de Beau-Bassin et de là, sans attendre l'aide des policiers, il a repris sa voiture pour se rendre à l'hôpital de Candos. Où il devait rendre l'âme vendredi soir.

Coups de feu mortels sur Manan Fakoo : Comparution en cour de deux suspects

Soupçonnés d'être mêlés à la fusillade mortelle de Manan Fakoo à BeauBassin, deux suspects font face à une accusation provisoire de tentative de meurtre. Ils ont comparu devant la "Bail and Remand Court" hier. Nitish Yerukanaidoo, un habitant de St-Pierre âgé de 36 ans, et Antish Gowry, 26 ans, ont comparu devant la justice avant d'être reconduits en cellule policière à la suite d'une objection de la police.

Selon l'enquêteur, les deux suspects ne pourront à ce stade recouvrer la liberté conditionnelle étant donné que l'enquête pour remonter au (x) suspect (s) ayant tiré sur l'homme de 56 ans, est en cours et un témoin estimant que ces deux seraient impliqués dans cette agression. Des informations ont été recueillies selon lesquelles une violente altercation a eu lieu entre la bande à Manan Fakoo d'une part et Nitish Yerukanaidoo et son cousin Nitish Gowry d'autre part, dans une boîte de nuit à Grand-Baie aux petites heures du 17 janvier.

Une caméra de CCTV de la région de Beau-Bassin où la fusillade a eu lieu a capté les images de deux hommes portant des casques intégraux et prenant la fuite à moto juste après les coups de feu vers 20h18, mercredi.

Les deux suspects devront revenir en cour lundi.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.