Algérie: Micro-entreprises - Les Services représentent près de 30% des projets ANSEJ

Alger — Près de 30% des entreprises créées dans le cadre du dispositif ANSEJ, désormais dénommée l'ANADE (Agence nationale d'appui et de développement de l'entrepreneuriat), opèrent dans les Services, révèle une étude réalisée par le ministère délégué auprès du Premier ministère chargé des micro-entreprises.

Selon ce document, dont l'APS a obtenu une copie, 28% des 386.280 projets financés par cet organisme depuis le lancement du dispositif, en 1997, et jusqu'au 31 mars 2020, sont des entreprises de services.

Le secteur de l'agriculture et du transport de marchandises viennent à la seconde place des domaines les plus sollicités par les créateurs d'entreprises via ce dispositif, avec un taux de 15%, chacun, suivis par les artisans qui représentent 11% des entrepreneurs.

Le secteur du BTP arrive en 4e position avec 9%, talonné par l'industrie qui totalise 7%, alors que le transport des voyageurs s'est adjugé 5% des projets ANADE.

Trois domaines, en l'occurrence la maintenance, le transport réfrigéré et les activités libérales, ont intéressé 3% (pour chacun d'eux) des investisseurs, assez loin devant la pêche avec 0,3% ou encore l'irrigation avec 0,1%.

L'étude de la tutelle s'est penchée, notamment, sur la répartition géographique des projets accompagnés par l'ex-Ansej et qui montre que 68% de l'ensemble des projets ayant bénéficié du financement de cette agence sont localisés au nord de l'Algérie, ce qui représente 261.826 entreprises.

Les entrepreneurs de la région des Hauts palataux sont au nombre de 86.618, soit 22% des entreprises créées grâce au dispositif ANADE, alors que les agences du sud du pays ont financé 37.836 projets équivalents à 10% de la totalité du programme réalisé par l'agence.

Autre chiffre concernant, cette fois-ci, le mode de financement et qui indique que 96% des entrepreneurs ont opté pour un financement triangulaire (apport personnel-banques-ANADE) avec, au final, 371.528 entreprises lancées. Pour les 4% restantes, il s'agissait de financements mixtes (apport personnel-ANADE) dont ont bénéficié 14.752 projets.

Un troisième mode de financement a été créé en octobre 2018, à savoir l'auto financement et qui a permis à 101 entreprises d'entrer en activité.

Loin derrière, avec 0,1% des entreprises, on retrouve les projets avec lesquels l'agence s'est investie à hauteur de 10 millions DA, alors que 4% d'entre elles ont requis une enveloppe financière entre 9 et 10 millions DA et 2% ont demandées un apport entre 8 et 9 millions DA.

Concernant les entreprises en difficulté, 77.520 dossiers ont été déposés au niveau du Fonds de garantie des risques de crédits pour rembourser les banques, d'un montant global de près de 116,5 milliards de DA.

Le Fonds a régularisé 22.576 dossiers en remboursant près de 27,5 mds de DA, alors que 49.713 dossiers sont à l'étude représentants un montant de près de 82,5 mds de DA.

Le document du ministère fait état du rejet de 3017 dossiers par ce Fonds, d'une enveloppe totale de 3,8 mds de DA.

En outre, 2.214 entrepreneurs ont assuré le remboursement de leurs créances, avec un montant global de près de 2,8 mds de DA.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.