Burundi: La fermeture par le Burundi de son consulat à Laâyoune - rectification d'une position erronée

Des réfugiés à Laâyoune, au Sahara occidental.

Alger — Le ministre Conseiller du Président sahraoui chargé des affaires politiques, Bachir Mustapha Sayed, a indiqué, dimanche que la fermeture par le Burundi de son consulat à Laâyoune occupée, était la rectification d'une position erronée et la cessation d'une violation des Chartes de l'Union africaine (UA) et des Nations Unies (ONU).

"La décision du Burundi de fermer son consulat dans la partie occupée de la République arabe sahraoui démocratique (RASD) constitue l'abandon d'une attitude d'agression contre un peuple frère qui lutte pour le recouvrement de sa totale souveraineté sur ses territoires", a estimé M. Bachir dans une déclaration à l'APS.

Pour le ministre Conseiller du Président sahraoui "la découverte de ces manipulations par le Burundi et sa réconciliation avec les valeurs de libération africaines est un modèle à suivre pour les consulats de pays qui ont des visées dans le régime marocain. Il a ajouté que "ce volte face signe le début de la fin des vaines gesticulations du chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita et de ses réalisations mensongères du Burundi à Israël".

Concernant la nouvelle phase enclenchée par l'Armée populaire de libération sahraouie (APLS), notamment après les récentes opérations à Touizgui et à El Guerguerat, le responsable sahraoui a affirmé que "la bataille vise à présent l'élargissement géographique des opérations armées et un développement tactique jusqu'à parvenir aux tranchées de l'occupant".

Soulignant que les deux attaques successives menées par l'APLS portaient "plusieurs messages", il a précisé qu'elles ouvraient la voie à une étape de "riposte contre l'expansionnisme marocain pour le contraindre à un retour aux frontières internationalement reconnues", a-t-il souligné.

Il a mis en avant, dans ce sens, "la détermination ferme de l'armée sahraouie à généraliser ses frappes contre toutes les positions marocaines et à porter les affrontements au coeur de sa profondeur stratégique", soutenant que "le bombardement de la zone d'El Guerguerat n'est qu'une mise en garde".

Concernant les attentes du peuple sahraoui de la nouvelle administration américaine issue de l'élection du Président Joe Biden,M. Bachir a exprimé le vœux, à l'instar d'autres peuples du Monde, de voir rectifier les erreurs de Trump qui portent atteinte à la réputation des Etat unis, y compris le préjudice causé au Sahraouis".

"Nous souhaiterions que le Président Biden efface les injustices de Trump et rétablit les Etats unis dans le rôle de garant de la légalité internationale et du règlement des questions de décolonisation à la faveur des plans approuvés par le Conseil de sécurité", a-t-il conclu.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.