Afrique: Un Centrafricain suspecté de crimes de guerre et contre l'humanité remis à la CPI

Le siège de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.
25 Janvier 2021

Un ancien responsable d'un groupe armé en Centrafrique a été remis dimanche à la Cour pénale internationale (CPI) par les autorités centrafricaines.

La République centrafricaine (RCA) a remis Mahamat Said Abdel Kani, ancien membre de la Séléka à la CPI en raison d'un mandat d'arrêt de cette dernière délivré le 7 janvier 2019.

M. Said est suspecté de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité présumés qui auraient été commis à Bangui, la capitale de la RCA, en 2013.

Le 30 mai 2014, le gouvernement centrafricain a saisi la CPI de la situation en RCA depuis le 1er août 2012. Cette situation aurait impliqué des crimes présumés à la fois des groupes Séléka, une coalition de groupes armés principalement composée de musulmans opposés à François Bozizé, et des groupes anti-Balaka, un mouvement opposé à la Séléka et soutenant l'ancien président centrafricain.

Les violences auraient entraîné des milliers de morts et le déplacement de centaines de milliers de personnes. Le 24 septembre 2014, la Procureure de la CPI, Fatou Bensouda, a ouvert une enquête sur cette situation.

Lors de la délivrance du mandat d'arrêt, le juge unique de la Chambre préliminaire II de la CPI, Rosario Salvatore Aitala, a estimé qu'il y avait des motifs raisonnables de croire qu'un conflit armé ne présentant pas de caractère international était en cours sur le territoire de la RCA, entre mars 2013 et janvier 2014, entre la Séléka et les anti-Balaka.

De plus, le juge unique a estimé qu'il existait des motifs raisonnables de croire que, de mars 2013 jusqu'à janvier 2014, une attaque généralisée et systématique a été menée par des membres de la Seleka contre la population civile et les personnes perçues comme étant collectivement responsables ou complices ou apportant leur soutien aux actes de l'ancien gouvernement de François Bozizé, et, ensuite, des anti-Balaka.

Le juge unique a trouvé des motifs raisonnables de croire que M. Said, un ressortissant centrafricain, âgé de 49 ans, était un commandant de la Séléka et, à ce titre, est soupçonné d'être responsable de crimes contre l'humanité (emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique, torture, persécution, disparitions forcées et autres actes inhumains), et de crimes de guerre (torture et traitements cruels).

M. Said est suspecté d'avoir commis ces crimes conjointement avec d'autres et/ou par l'intermédiaire de ceux-ci, ou d'avoir ordonné, sollicité ou encouragé la commission de ces crimes, ou d'avoir apporté son aide, son concours ou toute autre forme d'assistance à leur commission, ou d'y avoir contribué de toute autre manière.

Le Greffier de la CPI, Peter Lewis, a remercié les autorités centrafricaines et de l'État hôte, les Pays-Bas, pour leur coopération lors de l'arrestation et de la remise de M. Said à la Cour. La comparution initiale de M. Said devant le juge unique de la Chambre préliminaire II de la CPI aura lieu dans les meilleurs délais.

La CPI a ouvert une autre affaire en cours dans cette situation en RCA, concernant Alfred Yekatom et Patrice-Edouard Ngaïssona. L'ouverture du procès dans cette affaire est prévue le 9 février 2021.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.