Sénégal: Déguerpissement tendu dans un quartier de Thiès

Une dizaine de maisons du quartier Mbour 4 de Thiès, à 70 kilomètres à l'est de Dakar, ont été démolies car elles occupent « illégalement » des parcelles qui officiellement se trouvent sur une forêt classée. Impuissants et dans l'incompréhension, les populations ont protesté samedi avec quelques pneus brûlés et des jets de pierres. Des événements largement relayés sur les réseaux sociaux.

Des bulldozers qui rasent des maisons. Devant, des familles en pleurs. Ces images d'un quartier de Thiès ont choqué au Sénégal.

Amadou Dia, membre du collectif des habitants de Mbour 4, ne comprend pas pourquoi ces maisons ont été démolies du jour au lendemain. « À notre surprise générale, le préfet a décidé de détruire nos maisons sans sommation. Donc nous sommes dans une situation précaire. Certaines familles ont été délogées avant que la maison soit détruite. »

Ce quartier de Thiès avait empiété sur une forêt classée, raison pour laquelle les habitants ne pouvaient pas obtenir légalement d'autorisation de construire ou de titre foncier valable.

En 2017, le président Macky Sall avait donc prévu une régularisation de ces terrains grâce à un déclassement du site. Depuis, de nouvelles constructions illégales se sont étendues et ce sont ces dernières qui ont été détruites, explique Talla Sylla, maire de Thiès.

« Au-delà du droit, il y a l'émotion, dans la mesure où ce sont des familles qui, mêmes fautives, sont des familles. Maintenant, il faut trouver une solution. Dans un premier temps, suspendre les démolitions. Et ensuite j'ai tenu une réunion avec les représentants des populations et les populations se sont engagées elles-mêmes à ne plus permettre que quelqu'un commence une nouvelle construction. »

Maintenant, le maire assure vouloir saisir le chef de l'État dès que possible pour aider les populations dont les maisons ont été détruites et dont les économies ont disparu.

A La Une: Sénégal

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.