Tchad: Quid du dispositif de l'UA pour indemniser les victimes d'Hissène Habré?

Huit organisations de défense des droits de l'homme ont écrit au président de la Commission de l'Union africaine pour lui demander de mettre en place le fonds fiduciaire chargé de l'indemnisation des victimes de Hissène Habré. Cela fait bientôt quatre ans que l'UA est chargée de la question des réparations, les choses n'ont guère avancé et les victimes s'interrogent.

A ce jour, les statuts du Fonds fiduciaire d'indemnisation des victimes ont été adoptés, le gouvernement du Tchad a offert un local et l'Union africaine a déjà alloué cinq millions de dollars. Il lui faut à présent installer l'équipe qui va le gérer.

D'après les statuts, ce conseil d'administration doit être composé d'un représentant de l'Union africaine, un du gouvernement tchadien, un représentant pour chaque association de victimes et un représentant de la société civile.

« Qu'est ce qui bloque ? », s'inquiète Reed Brody de Human Rights Watch qui s'interroge sur la volonté politique de l'Union africaine. « N'est-ce pas aussi un moyen pour le Tchad de gagner du temps pour ne pas avoir à indemniser de son côté les victimes ? »

« Il a fallu finaliser l'accord de siège avec le gouvernement tchadien », reconnait de son côté une source qui suit de près le dossier à l'Union africaine et qui évoque aussi la pandémie du Covid. « Mais les membres du conseil d'administration sont aujourd'hui désignés. Ce Conseil sera installé au plus tard au mois de mars », assure cette source

Quant à la mobilisation de l'argent, le fonds a été mandaté pour rechercher les avoirs de Hissène Habré et recueillir les contributions des États. L'Union africaine pourrait organiser une conférence de mobilisation des ressources. Ce qu'elle avait promis de faire l'an dernier pourrait être fait cette année.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.