Cote d'Ivoire: Nuit des Ebony, à Yamoussoukro - Marcelle Aka de "L'Inter", super Ebony 2020

Le week-end de l'Ebony, comme cela a été annoncé, a tenu toutes ses promesses. Les activités prévues ont été menées. De l'ouverture du village Ebony en passant par le cross, le panel et la soirée des Ebony, ces activités ont mobilisé aussi bien les journalistes, premiers concernés, que les populations dans leur ensemble, dans la capitale politique. Le clou avec la soirée des Ebony a vu 20 journalistes primés sur les 25 nominés. Cette année, le super Ebony 2020, a été raflé par dame Aka Akissi Marcelle du quotidien l'Inter. Mais avant ce super prix, elle a reçu le prix Jean Pierre Ayé de la meilleure interview ainsi que le prix du meilleur journaliste presse écrite.

Avant les distinctions, l'on a eu droit à des discours qui ont tous relevé le rôle éminemment important que jouent les hommes des médias. La première personnalité à s'y pencher fut la présidente du Conseil national des droits de l'homme de Côte d'Ivoire, (Cndhci), Namizata Sangaré. Qui, au nom des partenaires, a indiqué « Nous encourageons l'Unjci à toujours essaimer dans la corporation l'idée d'une presse riche, une presse plurielle, une presse responsable, une presse qui rassemble et unit au-delà des différences bien sûr tout en portant la plume dans la plaie comme le dit et le demande le journaliste écrivain français Albert Londres. » Jean Claude Coulibaly, président de l'Union nationale des journalistes de Côte d'Ivoire (Unjci), ne dira pas le contraire. Car selon lui le thème choisi « Quel journalisme pour une Côte d'Ivoire rassemblée ?», pour soutenir cette 22è édition est en lui-même évocateur au vu de ce que traverse la Côte d'Ivoire qui peine à renouer avec la sérénité. « Les journalistes ivoiriens ont décidé clairement de prendre l'option du pompier. Aussi voudraient-ils apporter leur pierre à l'édification d'une paix durable en Côte d'Ivoire. Le thème de l'édition des Ebony de cette année n'a d'autres significations que l'engagement résolu des journalistes à plus de professionnalisme, au respect absolu des règles sacro saints de l'éthique et de la déontologie de leur métier… »

Le plaidoyer du président de l'Unjci

Si Ebony est le moment de célébrer l'excellence, c'est aussi le moment pour les acteurs des médias de se pencher sur ce secteur qui connaît des difficultés énormes. Le président Jean Claude Coulibaly, face au représentant du Premier ministre Hamed Bakayoko, n'a pas manqué d'égrainer lesdites difficultés qui sont d'ordre économique et financier qui ont induit des licenciements collectifs dans des entreprises de presse.

« En tant qu'ancien promoteur de média, vous mesurez à sa juste hauteur les difficultés que traverse ce secteur. La presse fait face à une situation économique désastreuse, la crise sanitaire de la Covid-19 est venue en rajouter à cette situation morose. Il s'impose donc pour la presse ivoirienne un véritable plan Marshall. Cela passe nécessairement par une subvention directe de l'Etat comme cela se fait ailleurs avec succès. C'est pourquoi, au niveau de l'Unjci, nous plaidons pour une subvention étatique à hauteur 0.01% du Budget qui équivaut à 8 milliards de FCFA par an…» a-t-il soutenu avant de saluer le statut particulier accordé aux journalistes fonctionnaires.

« Cette décision vient de corriger une grave injustice. Cependant, depuis l'adoption de cette décision, nos camarades attendent toujours le décret d'application. » Aussi, il a traduit sa gratitude au ministre de la Communication et des médias, pour le financement de la construction d'une nouvelle salle de conférence de 200 places à hauteur de 300 millions de nos francs à travers le Fonds de soutien et de développement de la presse (Fsdp). Invité spécial de cette nuit des Ebony, le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani a invité les journalistes « à travailler ensemble pour promouvoir une Côte d'Ivoire plus fraternelle, plus démocratique et plus solidaire »

Le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, au nom du Premier ministre Hamed Bakayoko, s'est réjoui du choix du thème central. Qui, selon lui, traduit la maturité des journalistes ivoiriens qui ont décidé de mettre en exergue leur conscience aigüe et leur rôle catalyseur de paix dans une Côte d'Ivoire souvent secouée par des crises sociopolitiques. Vu donc le rôle important que ceux-ci devront jouer dans la cohésion, Sidi Touré a fait noter que par ses soins « avec l'autorisation du Président de la République et du Premier ministre, une enveloppe de 200 millions de FCFA a été dégagée pour soutenir les entreprises dans le cadre de la crise sanitaire de la Covid-19 ». «

Le fonds de garantie qui existe depuis quelques années déjà, d'un montant de 2.6 milliards de FCFA, est l'expression de l'Etat à soutenir les entreprises de presse et à aider leurs efforts de développement » a-t-il signifié relevant les appuis apportés dans le cadre de la Mutuelle sociale des médias. « Elle exerce ses activités avec des aides publiques cumulées de 297 millions de FCFA depuis sa création en 2017 ; nous continuerons à lui apporter l'aide pour votre assurance maladie, pour vos projets immobiliers et tous les autres projets qui créent un lien social entre vous » a fait savoir l'envoyé d'Hamed Bakayoko qui a félicité le super Ebony de la 22è édition : « Les journalistes au talent reconnu mettent toute la famille de la communication en lumière. Brillez, oui, brillez, restez dans la lumière du professionnalisme et soyez des engagés de la cohésion sociale, la paix et le développement. Soyez surtout des journalistes bâtisseurs d'humanité… ».

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.