Congo-Kinshasa: Les partisans de Bemba et Katumbi réservent toujours leur réponse sur l'Union sacrée

En RDC, intenses activités de l'informateur ce week-end. Le sénateur Modeste Bahati, chargé par le président Tshisekedi de trouver une nouvelle majorité à l'Assemblée nationale, a reçu plusieurs groupes, presque tous déjà acquis à l'Union sacrée de la nation initiée par le chef de l'État. Mais le calendrier de l'informateur aura été quelque peu perturbé, le MLC de Jean-Pierre Bemba et Ensemble de Moïse Katumbi tardant encore à se prononcer alors que les discussions entre ces deux groupes et la présidence se poursuivent.

Une petite délégation d'Ensemble de Moïse Katumbi a rencontré l'informateur ce week-end. Ces élus ont promis de revenir ce lundi avec leurs 37 députés nationaux. Un rendez-vous qui risque cependant de ne pas être tenu. Les pro-Katumbi, après la restitution à leur base des échanges qu'ils ont eus avec le sénateur Modeste Bahati, ont décidé hier d'en discuter d'abord avec leurs collègues du MLC de Jean-Pierre Bemba. Et cette rencontre est annoncée pour ce lundi.

Programmés hier à l'agenda de l'informateur, les délégués du MLC n'ont pas été aperçus au Fleuve Congo Hôtel où Modeste Bahati a installé ses services. On peut penser qu'ils attendent cette discussion avant de se prononcer. En tout cas, les pro-Katumbi et les pro-Bemba sont inquiets de la ruée des membres du FCC vers l'Union sacrée de la nation. Ils craignent que l'action du chef de l'État ne soit sabordée.

À ceci, l'ex-FCC Guy Mafuta, reçu samedi comme bien d'autres transfuges du PPRD par l'Informateur, a déclaré qu'adhérer à l'Union sacrée, c'est soutenir le chef de l'État, « le seul Congolais qui a proposé un programme à la nation ».

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.