Afrique: Basketball / N1A Hommes - Ascut reprend le titre au GNBC

L'association sportive de la commune urbaine de Toamasina revient en force et remporte son sixième titre national de la catégorie phare. Elle a surpris hier le GNBC en finale.

Le club tamatavien revient de loin. Le club quintuple champion national, l'Association sportive de la commune urbaine de Toamasina (Ascut), rajoute un titre à son palmarès, le sixième après ceux gagnés en 2008, 2011, 2012, 2013, 2014. Ascut My Mobile surprend le club champion en titre, le Gendarmerie nationale basketball club (GNBC) d'Analamanga hier, sur le score de 79 à 67, en finale du championnat national N1A au Palais des sports à Mahamasina.

Les amoureux de la balle orange venus sur les lieux ainsi que ceux qui ont suivi en direct à la télévision ont été gâtés car le spectacle et le suspense ont été au rendez-vous. Le Palais des sports a été plus qu'à moitié plein malgré l'organisation très sévère de l'équipe de la fédération qui a voulu limiter les spectateurs à mille. Les gendarmes ont imposé leur jeu dès l'entame du match, mais les Tamataviens ont vite réagi pour égaliser par 16 partout à la fin du premier quart-temps.

La bande à John kely creuse l'écart dès l'entame de la deuxième période, grâce à la concrétisation de ses attaques et ses shoots à trois points. La pièce maîtresse du GNBC, Elly Randriamampionona, de son côté, n'était pas dans son assiette presque durant la rencontre. Ascut a mené 39 à 32 à la pause. Au retour des vestiaires, Rico, meilleur marqueur de l'Ascut avec quinze réalisations, n'a cessé d'impressionner avec ses shoots.

Meilleur joueur

Mory et ses coéquipiers tentent de revenir au score avec des contres rapides, or ils confondent rapidité et précipitation, et de nombreuses balles perdues ont été constatées. Le tableau électronique du Palais affichait 56 à 53 à la fin de la troisième période, toujours en faveur de l'Ascut.

La GNBC relance la pression en quatrième quart-temps pour revenir au score. Les gendarmes égalisent 61 partout, à six minutes de la fin du match. La bande à John kely de son vrai nom John Ravelomanantsoa, meilleur joueur du championnat, reprend le dessus en assurant les rebonds offensifs. L'écart devient de plus en plus énorme. Fabrice et consorts n'ont plus fait que shooter de loin, sans succès. « J'ai fait confiance en mes jeunes. Nous connaissons bien le jeu des gendarmes. Nous avons tout simplement empêché leurs marqueurs de tirer. Mes joueurs ont aussi bien respecté les consignes et ils n'ont pas paniqué malgré l'égalisation de GNBC en quatrième quart-temps. De plus, j'ai plutôt aligné des joueurs expérimentés quelques minutes avant la fin », confie Richard Rabearison, entraîneur de l'Ascut.

«La clé de notre victoire est que nous nous sommes préparés intensivement pour être à la hauteur et affronter les gendarmes », exprime John kely, l'homme du match. «Nous avons perdu beaucoup trop de balles surtout en défense. Les joueurs n'ont pas suivi les consignes. Au lieu de temporiser, ils ont suivi le rythme de jeu imposé par l'équipe adverse. De plus, Ascut était très forte en tir », reconnaît Lova Raharidera, entraîneur de GNBC.

La fédération et ses partenaires ont remis un chèque géant de 2 500 000 ariary au club champion et 1 500 000 ariary à l'équipe dauphine. En demi-finales, l'Ascut s'est imposée 87-62 face à Cosfa tandis que GNBC a écarté SEBAM de Boeny par 84-61. La troisième place est revenue à Sebam de Boeny. La bande à Faralahy a défait par 74 à 72 samedi Cosfa d'Analamanga en match de classement.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.