Afrique de l'Ouest: La Guinée, nouvelle plaque tournante du trafic de drogue ?

25 Janvier 2021

Les autorités enregistrent une hausse des saisies. Les organisations de la société civile réclament une loi spéciale sur la lutte contre les stupéfiants.

En Guinée, l'augmentation des saisies de drogue pourrait indiquer une recrudescence du trafic dans ce pays. Récemment, les services antidrogues ont saisi plus de 100 kilogrammes de cocaïne dans une résidence à Nongo, dans la haute banlieue de la capitale. Les organisations de la société civile demandent à l'Etat guinéen de voter une loi spéciale pour la lutte contre la drogue. Tandis que les habitants de la capitale redoutent une hausse de la délinquance.

Difficile de résister à l'appât du gain

Chaque matin les agents du secrétariat guinéen de lutte contre la drogue et le crime organisé se retrouvent pour déployer leurs équipes sur des sites ciblés par les services de renseignements.

Le colonel Faremba Camara, directeur de l'Office central antidrogue, affirme que tous les moyens sont mis en œuvre dans cette lutte. Mais il ne cache pas non plus que les capacités sont inégales et que les risques de corruption sont bien réels.

"Avec la drogue, il faut être un homme dur de cœur et de valeur morale car la tentation est facile", explique-t-il avant de poursuivre : "Sans synergie d'action entre les services de sécurité, il n'est pas facile de lutter. Quand il s'agit de grands réseaux, il faut retenir que leur budget est supérieur aux budgets annuels de certains pays."

Un code contre le trafic de stupéfiants

Alpha Abdoulaye Diallo, acteur de la société civile et membre de la commission ouest-africaine sur la drogue, initiée par la Fondation Koffi Annan, estime que l'accent doit être mis sur l'adoption d'une législation spéciale dans la lutte contre le trafic de stupéfiants.

Un projet de loi a été déposé dans ce sens au Parlement guinéen. Le militant déclare attendre du gouvernement "l'élaboration d'un code sur la drogue en Guinée. Une loi qui encadre cette problématique. Pour que la Guinée ne laisse pas un vide juridique, il faut avoir une loi en la matière. Cela pour pouvoir dissuader et lutter efficacement contre le fléau de la drogue."

Protéger les jeunes contre la drogue

Certains Guinéens sont pour leur part inquiets face à l'augmentation des saisies dans plusieurs localités du pays. C'est le cas d'Adama Koulibali qui déplore l'implication de la jeunesse dans le trafic et la consommation de stupéfiants.

"Le sujet devient très pertinent parce que la cible de la drogue c'est la jeunesse", estime Adama Koulibali. "Aujourd'hui, il faut que l'Etat prenne des dispositions afin que les jeunes se préoccupent d'autres choses. Il n'est pas bon de s'adonner à la consommation illicite de drogue."

Une porte ouverte aux réseaux internationaux

Le risque est désormais que la Guinée redevienne une des portes d'entrée en Afrique des cargaisons de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud comme ce fut le cas dans les années 2008 et 2009.

Pour éviter ce scénario, la société civile demande donc aux autorités de renforcer les mesures de lutte contre ce fléau.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.