Congo-Kinshasa: Motion de censure contre le premier ministre

Sylvestre Ilunga Ilunkamba
25 Janvier 2021

Sylvestre Ilunga Ilunkamba doit se présenter mardi (25.01) devant la séance plénière de l'Assemblée nationale pour s'expliquer sur son bilan à la tête du gouvernement. Il ne répondra sans doute pas à cette injonction.

En République démocratique du Congo, le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba est visé par une motion de censure.

Cette invitation survient après une motion de censure déposée vendredi et signée par 301 députés sur 500 au total.

Mais du côté du Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila et dont fait partie Sylvestre Ilunga Ilunkamba, on est formel : le premier ministre ne répondra pas à une convocation émise par un bureau qu'ils estiment "non compétent".

Les députés signataires de la motion de censure reprochent au premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba et au gouvernement qu'il dirige d'avoir échoué à exécuter son programme tel que promis à l'Assemblée nationale.

"Le pays va très mal. Il n'y a que le chef du gouvernement qui engage la politique de l'exécutif devant l'Assemblée nationale et qui peut en répondre. Le premier conseil que nous avons prodigué au Premier ministre c'est de prendre de la hauteur et de démissionner. Il a refusé. Nous ne restons plus qu'avec ce moyen de l'interpeller qu'il vienne s'expliquer", affirme Chérubin Okende, député d'Ensemble pour la République et initiateur de la motion.

Refus du FCC

Au Front commun pour le Congo (FCC) de l'ex-président Joseph Kabila, on avertit que le Premier ministre ne se présentera pas à l'Assemblée nationale pour répondre à une convocation illégale, la mission principale du bureau d'âge étant la mise en place d'un bureau définitif.

Selon Lucain Kasongo, député du FCC, "le bureau d'âge est habilité à gérer les affaires courantes et à convoquer la session extraordinaire, d'organiser le vote du bureau définitif , toute autre question ne doit pas être débattue. Et sur le plan de droit, un ordre mal donné et légalement manifeste ne s'exécute pas. Nous allons nous battre, nous sommes du côté de la loi."

Vers une amplification de la crise politique

Le politologue Hubert Kabasubabo estime lui aussi que le bureau d'âge n'a pas la compétence d'enregistrer une motion contre le premier ministre et de l'auditionner.

Face au refus de Sylvestre Ilunga Ilunkamba de se présenter mardi à l'Assemblée, il redoute l'amplification de la crise politique en cours.

"Le premier ministre ne se présentera pas. Le camp politique qui veut imposer son hégémonie va faire un forcing et en ce moment-là on va se trouver dans l'amplification de la crise politique comme en 1960 ou en 1965 et donc on aura un premier ministre qui est dans la légalité de rejeter une action menée par un bureau incompétent. Ça sera une crise politique qui risque de nous faire glisser vers l'ébranlement de l'ordre constitutionnel," redoute-il.

Cette affaire survient alors que le président Félix Tshisekedi a totalisé le dimanche 24 janvier 2021 deux ans à la tête de la République démocratique du Congo. Après l'éclatement de sa coalition avec le FCC en décembre, il a mis sur pied l'Union sacrée de la nation, sa nouvelle vision. Mais le FCC n'a pas dit son dernier mot.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.