Ouganda: La Haute Cour de justice ordonne la libération immédiate de l'opposant Bobi Wine

L'opposant est de fait enfermé dans sa résidence de Kampala depuis la présidentielle du 14 janvier dernier. Des militaires encerclent son domicile. Bobi Wine, qui a défié le président Museveni lors de ce scrutin et qui rejette d'ailleurs sa réélection, devrait théoriquement pouvoir retrouver dans la journée sa liberté de mouvement.

Les centaines de soldats et policiers campés devant chez lui vont commencer à quitter les lieux dès ce lundi, a confirmé le porte-parole de la police Fred Enanga. Le seul bémol, c'est que Bobi Wine sera maintenu sous surveillance, car le leader de l'opposition est toujours soupçonné de vouloir mobiliser ses supporters contre le gouvernement pour contester les résultats présidentiels. C'est la raison d'ailleurs évoquée par la police pour justifier sa « détention préventive ». Mais, la Haute Cour de Justice a rejeté cet argument, estimant que la détention de Bobi Wine était « illégale »

Néanmoins, les avocats de Bobi Wine ne sont pas entièrement satisfaits après cette décision. Ils craignent d'autres mesures encore plus restrictives, comme l'explique maître Benjamin Katana : « Nous avons reçu des informations selon lesquelles les autorités prévoient de faire arrêter Bobi Wine aussitôt après sa libération et de l'accuser d'autres infractions et de le mettre en détention provisoire. Le but c'est de le mettre hors de circulation pendant un certain temps. »

Il faut rappeler qu'il ne reste plus beaucoup de temps à Bobi Wine pour déposer son recours après les résultats de la présidentielle devant la Cour suprême. L'échéance est fixée à ce vendredi. En plus, son parti, La Plateforme pour l'unité nationale, rencontre des difficultés pour rassembler les preuves de fraude électorale. Selon l'avocat de Wine, les locaux du parti ont été encerclés par la police, plusieurs observateurs électoraux ont été arrêtés et les procès verbaux confisqués.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.