Togo: Les mises en garde du ministre Bawara

Dans la même lignée que le ministre en charge des Enseignements primaires et secondaires , Prof Dodzi Kokoroko, c'est le ministre de la Fonction publique et du travail, Gilbert Bawara, qui avait rétorqué au mot d'ordre de grève finalement avortée du Syndicat des Enseignants du Togo.

Toutefois la grève lancée par le SET est mal interprété par le Prof Dodzi Kokoroko, qui à son tour demande aux directeurs d'écoles de faire une liste d s enseignants qui oseront entrée en grève le mardi.

Déjà dimanche 24 janvier 2021, Gilbert Bawara, ministre de la Fonction Publique, du travail et du dialogue social invité sur la chaîne de télévision, New World TV a mis en garde les enseignants contre toutes manœuvres visant à troubler le système éducatif. Cependant il remet en cause l'illégalité du statut de SET et le non fondement des motifs dans leur préavis de grève.

« Le décret de 1991 régissant le droit de grève dit que la grève doit être lancée par une organisation syndicale représentative sur le plan national. Alors pour une organisation dont le statut est encore inconnu, il est difficile de déterminer et d'apprécier sa représentativité. Même le délai de préavis de cette grève de 72 heures n'a pas été respecté. J'ai écrit au responsable de cette organisation de notre analyse sur leurs revendications. Leur plateforme revendicative concerne en substance les sujets qui sont sans objets et sans aucun fondement. Sur cette base-là, de manière formelle, je leur ai expliqué qu'une grève observée sur la base des motifs indiqués dans leur préavis de grève serait illégale avec toutes les conséquences et tous les effets qui s'en suivent », a souligné Gilbert Bawara.

Et d'ajouter : « Quand on a des attitudes et des agissements qui sont contraires à ce qui est attendu d'un enseignant, l'Etat en tant qu'employeur a la possibilité d'en tirer toutes les conséquences. J'encourage ceux qui seraient tentés de suivre des mots d'ordre illégaux et infondés à lire le statut particulier d'août 2018 avant de poser des actes qui pourraient leur être préjudiciables ».

Cette menace à peine voilée dit tout sur la position du gouvernement togolais par rapport à cette grève de 72 heures lancée par le SET. « Si des enseignants ont des préoccupations et souhaitent que cela soit pris en compte dans le cadre des discussions qui sont structurés, ils peuvent librement le faire. Mais ce n'est pas ce qui s'est passé », a-t-il affirmé

Par ailleurs la libération des membres interpellés du SET a conduit à l'annulation de la grève de 72 h lancée et ouvre la voie à une entrevue entre le Prof Dodzi Kokoroko et le SET.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.