Afrique: Justice au bras long - Le cas de Huawei sur les risques du commerce international

Avec l'augmentation des sanctions financières imposées aux entreprises chinoises par le gouvernement américain ces dernières années, la pratique de la justice au bras long est de plus en plus répandue dans le monde des affaires internationales.

L'extraterritorialité est communément définie comme le droit des citoyens étrangers à être jugés selon les lois du pays dont ils sont originaires, et non selon les lois du pays où ils vivent. Par conséquent, les services chargés de l'application de la loi suivent les criminels internationaux dans le monde entier. En vertu de l'État de droit, dans un monde idéal, ces activités internationales devraient être fondées sur des traités internationaux définissant clairement la « juridiction internationale », afin d'éviter les conflits entre les États nations en ce qui concerne la définition de ce qui est « criminel ». En d'autres termes, il devrait également y avoir un « État de droit » international afin de promouvoir une justice égale dans les conflits internationaux entre États nations, évitant ainsi que les nations plus puissantes sur le plan économique et politique n'abusent de la souveraineté des pays moins développés et empiètent sur celle-ci.

Pourtant, selon la vision américaine, la justice au bras long est la capacité des tribunaux locaux à exercer leur compétence sur des défendeurs étrangers, que ce soit en vertu d'une loi ou par l'intermédiaire d'un tribunal. Cette juridiction permet à un tribunal d'entendre une affaire et de rendre un jugement contraignant contre un défendeur résidant en dehors de la juridiction concernée, et se définit comme la capacité d'un pays à faire appliquer ses lois et ses règles sur des entités d'un autre pays par l'intermédiaire de ses propres tribunaux.

Aux États-Unis, cette compétence sur les entreprises non américaines peut être exercée par des moyens tels que les examens des investissements étrangers à des fins de sécurité nationale, les lois sur la lutte contre le blanchiment d'argent et la corruption et les réglementations sur les valeurs mobilières. Les États-Unis étant toujours impliqués de manière centrale dans les affaires financières mondiales ainsi que dans les crises financières, la vague de litiges liés à la finance et au commerce dans des affaires survenant en dehors des États-Unis a piégé de nombreuses institutions et personnes basées aux États-Unis ou ayant simplement des liens avec les États-Unis : elles se retrouvent demanderesses, défenderesses, cibles d'enquête ou tiers témoins dans une kyrielle de procédures étrangères sans notification préalable. Le rôle privilégié des États-Unis dans l'économie mondiale les conduit parfois à s'ériger en gendarme, juge et jury du monde, sans possibilité de recours.

Et les États-Unis n'ont pas hésité à appliquer leur domination. En tant qu'entreprise d'envergure mondiale, Huawei a récemment fait l'objet de critiques en raison des soupçons de certains pays de menaces potentielles qu'elle représente pour leur sécurité. Certains craignent qu'avec l'expansion de l'infrastructure de Huawei et la prolifération des produits du groupe dans le monde entier, ce matériel puisse être exploité à des fins de surveillance et d'espionnage. En réponse à ces soupçons et à ces accusations, Huawei a publié ses rapports annuels audités par KPMG pour montrer que c'est une entreprise privée, entièrement détenue par ses employés. Huawei précise que le gouvernement chinois ne détient pas une seule action dans l'entreprise. En outre, le groupe affirme que les subventions gouvernementales, les prêts bancaires et les incitations fiscales dont elle peut bénéficier ne sont pas différents de ceux dont bénéficient ses principaux concurrents. Malgré ces déclarations, une escalade s'est produite sous l'influence de la justice au bras long appliquée par le gouvernement américain.

Le 1er décembre 2018, Mme Meng Wanzhou, directrice financière de la société Huawei, a été arrêtée au Canada à la demande d'un tribunal de New York, et fait actuellement face à des accusations liées aux violations présumées par Huawei des sanctions américaines contre l'Iran. La partie défenderesse a présenté des preuves montrant que Mme Meng Wanzhou n'a jamais caché les faits à HSBC, qui est un établissement de crédit impliqué dans les transactions de Huawei avec l'Iran. L'avocat de Mme Meng a affirmé que celle-ci avait fourni aux dirigeants de HSBC tous les faits pertinents concernant les activités de Huawei en Iran. Il a également souligné le fait que Mme Meng avait informé HSBC de la nécessité d'évaluer le risque lié à ses activités avec Huawei. Mme Meng a affirmé qu'elle était victime d'une « fraude », accusant par là même HSBC d'avoir menti au sujet de Huawei et d'avoir été au courant des activités de l'entreprise en Iran au cours d'une enquête menée par le Ministère américain de la justice. L'accusation a même été sous-entendue par le People's Daily en Chine, bien qu'elle ait été expliquée plus tard par HSBC dans sa déclaration de clarification. L'enquête finale sur les faits à l'origine de ces accusations et ces explications n'est pas encore terminée. Ce qui est devenu clair, c'est que HSBC n'a pas subi de pertes financières parce que les États-Unis n'ont pas puni HSBC - au contraire, les États-Unis ont choisi de contourner HSBC et de poursuivre Huawei et Meng Wanzhou, bien qu'elle n'ait apparemment aucun lien direct avec les États-Unis.

Cela a été rendu possible par la justice au bras long des États-Unis, qui permet l'application des lois américaines sur les ressortissants étrangers. L'arrestation de Mme Meng par le biais de cette justice au bras long a suscité une vaste controverse et s'inscrit dans le cadre d'autres questions géopolitiques controversées, notamment l'essor de la Chine, la sécurité nationale et l'État de droit.

Outre l'affaire Huawei, il y a eu d'autres cas où le gouvernement américain a essayé d'appliquer la justice au bras long mais a échoué, ce qui montre qu'elle n'est pas toujours entièrement favorable du point de vue des États-Unis.

Il est indéniable que la justice au bras long est exploitée sous tous ses aspects aux États-Unis. Des cas plus récents, comme indiqué ci-dessus, représentent l'interprétation unilatérale actuelle de la justice au bras long et sa prévalence. Le principe de compétence souligne la capacité du gouvernement américain à contrôler et à réglementer les pratiques commerciales et d'affaires étrangères sans possibilité de recours. D'un point de vue académique, il est remarquable qu'un État-nation puisse se donner une telle autorité sans le contrepoids de la responsabilité internationale. La nécessité d'une justice au bras long dans une société plus mondialisée est évidente, mais le cadre de l'« État de droit » n'est pas encore en place. D'un point de vue pratique, une mise en garde s'impose. Les entreprises étrangères qui font des affaires internationales et qui sont susceptibles d'être contrôlées par une inspection américaine doivent prendre soigneusement en considération les exigences obligatoires de la législation américaine.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.