Guinée: 10 ans de prison ferme et 300 millions d'amende requis contre l'opposant Madic 100 frontière, le verdict attendu le 8 février

Violences à Nzérékoré
25 Janvier 2021

Guinée: 10 ans de prison ferme et 300 millions d'amende requis contre l'opposant Madic 100 frontière, le verdict attendu le 8 février

Le procès « Ministère public contre l'opposant et blogueur Mamady Condé (Madic 100 frontière) », s'est poursuivi ce lundi 25 janvier 2021 au tribunal de première instance (TPI) de Dixinn.

Poursuivi pour « menaces, injures, atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, xénophobie, incitation à la révolte », ce partisan de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a été arrêté et conduit à la maison centrale de Conakry depuis le 26 novembre 2020 après l'élection présidentielle du 18 octobre dernier.

Après des houleux débats, Sidy Souleymane N'Diaye procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn a requis une peine de 10 ans de prison ferme et une amende de 300 millions de francs guinéens(GNF).

Après le réquisitoire et les plaidoiries, la présidente du tribunal a renvoyé l'audience au 8 février 2021 pour délibération. Il y a quelques jours, le prévenu avait demandé pardon au président Alpha Condé.

Le mercredi 13 janvier 2021, le tribunal de première instance de Dixinn a condamné Souleymane Condé coordinateur du front national pour la défense de la constitution (FNDC) aux États-Unis d'Amérique (USA) et son ami Youssouf Dioubaté à un an de prison ferme et au paiement d'une amende de 20 millions de francs guinéens chacun.

Ils étaient poursuivis pour « production, diffusion, et mise à la disposition d'autrui de données et nature à troubler l'ordre et la sécurité publique ». Les avocats de ces opposants au troisième mandat d'Alpha Condé avaient promis d'interjeter appel. Des centaines d'opposants dont des hauts responsables de l'UFDG croupissent dans des prisons du pays.

A La Une: Guinée

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.