Burkina Faso: Présidence de l'Assemblée nationale - Bala Sakandé sollicite le soutien du président du Faso

25 Janvier 2021

aLe PAN, Bala Sakandé (gauche) dit être venu à Kosyam pour s'inspirer du savoir-faire du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré en sa qualité d'ancien chef de Parlement.

Le Président du Faso, Roch Marc Christain Kaboré, a reçu en audience au palais de Kosyam, le lundi 25 janvier 2021, le Président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé et le vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat français, Olivier Cadic.

Le Président de l'Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, est en quête de conseils pour mener à bien la VIIIe législature. Pour y arriver, il compte sur les expériences de ses devanciers ayant dirigé le parlement. A cet effet, M. Sankandé s'est rendu, le lundi 25 janvier 2021, au palais de Kosyam, chez l'ancien chef du Parlement burkinabè, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. A sa sortie d'audience, le Président de l'Assemblée nationale (PAN) a indiqué qu'il s'est imprégné du capital d'expériences de son hôte qui a été à la tête de l'Assemblée nationale durant deux mandats.

« Il a aussi occupé le poste de vice-président. Avec toute cette expérience, le chef de l'Etat nous a prodigué des conseils sur la manière d'aborder certaines questions et de traiter les dossiers dans le cadre parlementaire », s'est-il réjoui. Bala Sakandé a, en outre, relevé qu'il a déjà entrepris des démarches similaires auprès d'autres anciens présidents de l'Assemblée nationale.

En plus de cet exercice de partage de savoir-faire, les échanges entre les deux personnalités ont porté sur des sujets d'intérêt national, a soutenu M. Sakandé. « Même si ce sont des questions qui relèvent de la compétence de l'exécutif, il n'est pas exclu que la représentation nationale soit appelée à se prononcer sur certains dossiers », a-t-il précisé. Le parlementaire a par ailleurs confié que l'autre objectif de la rencontre était d'expliquer le déroulement de son élection à la tête de l'hémicycle. « Depuis notre élection à la tête de l'Assemblée nationale, nous avons estimé qu'il était important de lui rendre cette visite de courtoisie », s'est-il justifié.

A sa suite, c'est le vice-président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat français, Olivier Cadic. A sa sortie d'audience, celui-ci a dit être venu féliciter le président du Faso pour sa réélection et lui demander sa vision sur le débat en cours en France sur l'opération Barkhane. « Nous allons avoir un débat au Sénat à Paris le 9 février sur le sujet et il me paraissait important que dans le cadre de ce débat, que le Président Kaboré puisse partager son regard sur cette opération », a-t-il soutenu. Olivier Cadic s'est réjoui des apports positifs que le chef de l'Etat burkinabè lui a apportés sur cette action française sur le terrain dans l'espace G5 Sahel.

« Le président du Faso a une grande vision de la situation. Il ne s'occupe pas uniquement des problématiques à court terme. Il a cette vision de se projeter dans l'avenir. J'ai écouté cette sagesse, capable de nous faire passer des messages qu'on ne règle pas les choses d'un coup de baguette magique », a-t-il confié. Après le président du Faso, le sénateur français compte rencontrer les Français établis au pays des Hommes intègres pour porter leurs voix à Paris. « Ce sont des Français qui ont fait le choix de résider pendant longtemps dans ce pays qu'ils aiment et qui développent des activités et des entreprises qui participent à son développement », a-t-il fait savoir.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.