Afrique: Covid-19 - Rentrée scolaire test au Mali

25 Janvier 2021

Le retour en classe a été maintes fois reporté en raison des grèves mais surtout de la flambée des cas de Covid-19. Reportage à Bamako.

La rentrée des classes pour les écoles primaires, secondaires et universitaires a été effectuée lundi (25.01). Une reprise des cours qui est intervenue après plusieurs semaines d'interruption en raison du contexte sanitaire lié à la Covid-19. L'épidémie connaît une flambée des cas dans le pays.

Les autorités déclarent qu'elles veilleront au strict respect des mesures barrières pour ainsi limiter la propagation du virus dans l'espace scolaire et universitaire.

Arrêt de l'apprentissage

C'est avec une leçon sur la pandémie de Coronavirus que Clément Cissé, enseignant en classe de 6e année à l'école publique de Magnambougou, un quartier de Bamako, a débuté ses cours pour marquer la rentrée scolaire.

"Avec cette pandémie, il y a eu un grand temps de relâchement. Les élèves ont ainsi passé beaucoup de temps à la maison. Ce qui sous-entend que beaucoup n'ont pas été encadrés, les révisions n'ont donc pas été à la hauteur", constate l'enseignant.

Mais Moctar Bontana, élève en classe de 10e année au complexe scolaire privé Rosey Abantra, a su s'occuper durant la fermeture des salles de classe en raison de la pandémie de Covid-19.

"Je suis soulagé parce que je n'y croyais plus. Je n'avais surtout pas envie qu'on fasse une année blanche. Je faisais des cours à la maison ; ce qui signifie que je peux m'adapter à la situation."

Craintes liées au respect des gestes barrières

Nouradine Ousmane, directeur général du complexe scolaire privé Rosey Abantra, se dit également soulagé de la réouverture des salles de classe, mais n'oublie pas les enjeux liés au contexte sanitaire :

"Nous recevons des milliers de personnes, nous avons donc la crainte de ne pas pouvoir respecter les mesures barrières. Mais nous avons des dispositions pour mettre des kits de lavage à l'entrée de l'école, les températures sont également prises à l'entrée, le port du masque est obligatoire, aucun élève n'a accès à l'école sans cela."

Dans la classe de 2e année de l'école publique de Magnambougou que dirige Traore Korotoumou Coulibaly, l'atmosphère est plutôt détendue. Un kit de lavage des mains au savon est bien visible à l'entrée de la salle. Quant aux élèves, ils sont assis deux par table avec une distanciation physique plus ou moins respectée.

"Nous faisons tout notre possible pour faire respecter les mesures barrières. Chaque élève a eu un masque. Idem pour les enseignants", assure l'enseignante.

Une rentrée de classe en guise de test dans un pays ou l'état d'urgence sanitaire est toujours en vigueur.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.