Afrique: Covid-19 - La pandémie a causé la suppression de 255 millions d'emplois

Momou Dembélé, 30, is a qualified electrician. Married with two children, she left her hometown of Kimparana, where she trained, for Ségou in central Mali.

Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), le coronavirus a entraîné la perte de deux cent cinquante-cinq millions d'emplois à temps plein, soit 8,8% d'heures de travail dans le monde.

« En 2020, 8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues par rapport au quatrième trimestre 2019, ce qui équivaut à 255 millions d'emplois à temps plein, soit quatre fois plus d'heures de travail parties en fumée que pendant la crise financière de 2009 », souligne l'agence spécialisée de l'Onu, dans son septième rapport consacré à l'impact de la pandémie sur le monde du travail.

Ces pertes massives ont entraîné une baisse des revenus du travail dans le monde, si l'on ne tient pas compte des plans d'aide qui ont fleuri un peu partout, soit trois mille sept cent milliards de dollars ou encore 4,4% du produit intérieur brut mondial, précise l'OIT.

En outre, l'OIT indique que les chiffres du chômage sont trompeurs: « 71% de ces pertes d'emplois (81 millions de personnes) relèvent de l'inactivité plutôt que du chômage, ce qui signifie que ces personnes ont quitté le marché du travail parce qu'elles n'étaient pas en mesure de travailler, peut-être en raison des mesures de restrictions liées à la pandémie ou, tout simplement, parce qu'elles ont cessé de chercher du travail ».

Depuis l'apparition du Covid-19 en fin 2019, la pandémie a précipité le monde dans une grave crise économique en plus de faire plus de 2,1 millions de morts et d'infecter une centaine de millions de personnes. Et ces chiffres officiels sont sans doute très en deçà de la réalité.

« Les dernières prévisions pour 2021 indiquent que la plupart des pays devraient connaître une croissance relativement forte dans la deuxième moitié de l'année, au fur et à mesure que les programmes de vaccination seront opérationnels », indique le rapport.

L'Observatoire de l'OIT a prévu trois scénarios. Celui de référence table sur une baisse de 3% des heures de travail en 2021, si la pandémie est sous contrôle et si la confiance des entreprises et des consommateurs revient.

« Nous sommes à la croisée des chemins. L'un d'entre eux mène vers une reprise économique inégale, non-durable, une reprise teintée d'inégalités grandissantes et d'une instabilité croissante, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles crises », a mis en garde le directeur général de l'OIT, Guy Ryder, en indiquant qu'un autre chemin est possible qui passe « par une reprise centrée sur l'humain afin de mieux reconstruire en donnant la priorité à l'emploi, aux revenus et à la protection sociale, au droit du travail et au dialogue social ».

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.